Editions Du Patrimoine

  • En 1878, trois ans après l'inauguration de son monument, Charles Garnier écrivait dans son Nouvel Opéra : « L'opéra est un art riche - une synthèse des arts - et le lieu dans lequel les hommes viennent le goûter doit préparer, accompagner, compléter leur plaisir. Le bâtiment doit être à l'unisson ; il doit constituer un équivalent, dans l'ordre de l'architecture, de ce qu'est l'art lyrique dans celui du spectacle. » Un siècle et demi plus tard, l'Opéra Garnier n'en finit pas d'étonner le visiteur car son architecte de génie en avait pensé chaque recoin, capable de fondre en une subtile alchimie l'ensemble des arts par une succession de chocs architecturaux : sur la façade où les ors brillent, masques, festons et fonds mosaïqués enchevêtrent leurs reflets dans la polyphonie des marbres aux origines multiples ; la statuaire, extraordinaire, orne frontons, loggias et avant-corps et se dresse fièrement vers le ciel.

    Une fois à l'intérieur, l'escalier, spectacle théâtral à lui seul, est déjà un avant-goût de ce qui se déroulera plus tard, sur la scène. On éprouve la sensation d'être accueilli dans un temple de l'esprit, un décor baroque et un foisonnement de couleurs.
    C'est à une découverte exhaustive de l'Opéra que nous convie Gérard Fontaine pour découvrir sous tous ses angles le bâtiment rêvé et réalisé par Charles Garnier. Ce texte initiatique nous entraîne dans les dédales secrets et magnifiques vers la salle, la scène et le foyer de la danse où peintures et sculptures, témoins silencieux de milliers de représentations et d'aventures humaines, décorent les moindres recoins.

    Dans ce récit vivant et tonique, publié à l'occasion des 350 ans de l'Académie nationale de musique, où l'on retrouve également la pensée de Charles Garnier à travers des citations choisies, toutes les oeuvres, peintures et sculptures, sont inventoriées. Enfin la « palette Garnier » décrit techniques et matériaux choisis par l'architecte. Cette somme est accompagnée des superbes photographies de Jean-Pierre Delagarde qui a su restituer l'ambiance de ce lieu mythique, cette oeuvre d'art totale.

  • Le fantôme de l'Opéra est une légende qui hante l'imaginaire collectif depuis plus d'un siècle et a été le sujet de nombreux films, sans compter les ballets ou les comédies musicales dont la principale tient l'affiche à Londres et à Broadway depuis 1986. Mais sait-on qui se cache derrière cette histoire ? Journaliste et romancier génial, Gaston Leroux est aussi l'auteur du Mystère de la chambre jaune ou du Parfum de la dame en noir.

    Fasciné par l'extraordinaire bâtiment inventé par Charles Garnier quelques décennies plus tôt, il y trouve l'inépuisable source qui a donné naissance à son Fantôme de l'Opéra. L'édifice regorge d'innovations techniques, relevant presque, pour l'époque, de la magie. La beauté du lieu, son atmosphère et les oeuvres qu'il abrite sont autant de points d'ancrage pour sa création. Après une parution en feuilleton dans Le Gaulois, Leroux publie son roman en 1910.

    Auteur de nombreux ouvrages sur le Palais Garnier, Gérard Fontaine utilise ce prétexte pour nous entraîner à la découverte du mythe du fantôme et des personnages de Leroux, à travers les couloirs, avec les mystères de l'opéra en filigrane, nous donnant les clés des trucs et astuces de Leroux. Il démêle pour nous le vrai du faux, et instaure un dialogue à trois entre l'architecte talentueux, l'écrivain prolixe et le narrateur. Au fil d'une visite du bâtiment - qui parcourt notamment le bureau des directeurs, la salle, la fameuse loge n° 5 du fantôme, les dessous de l'édifice, jusqu'à la demeure du lac où se tapit le fantôme pour écrire son « Opéra des opéras »...-, l'auteur nous invite à plonger au coeur d'une époque et du Palais Garnier. Une mise en page brillante ressuscite l'art lyrique, la danse et tous les arts à chaque page pour nous faire vibrer, avec le Paris 1900 en arrière-plan. Aujourd'hui encore, ce mythe fascine, comme le prouve l'immense succès de l'escape game créé en 2018 au Palais Garnier.

  • L'OPÉRA DE CHARLES GARNIER par Gérard Fontaine photographies de Jean-Pierre
    Delagarde * Un format pratique, un texte historique concis et un ensemble
    d'images largement commentées pour une approche attractive du monument à un
    prix raisonnable. * La magie d'un lieu unique. * Le cadre somptueux et unique
    de soirées d'exception. L'Opéra Garnier ? Un enchantement ! L'Opéra Garnier
    convie le spectateur à une éblouissante découverte : la musique et les arts
    plastiques s'unissent en ce lieu sous l'égide de l'architecture. oeuvre de la
    vie d'un homme, l'architecte Charles Garnier qui l'a conçu et modelé dans ses
    moindres détails, l'Opéra Garnier, construit de 1861 à 1875, est un monument au
    style inclassable. Ses décors riches et innovants conjuguent ors et couleurs,
    peintures, mosaïques et marbres pour compose, telle une symphonie, une harmonie
    sans nulle autre pareille. Docteur en philosophie, administrateur culturel,
    Gérard Fontaine est un spécialiste réputé de l'opéra et du Palais Garnier en
    particulier auxquels il a consacré de nombreux ouvrages.

  • L'OPÉRA DE CHARLES GARNIER par Gérard Fontaine photographies de Jean-Pierre
    Delagarde * Un format pratique, un texte historique concis et un ensemble
    d'images largement commentées pour une approche attractive du monument à un
    prix raisonnable. * La magie d'un lieu unique. * Le cadre somptueux et unique
    de soirées d'exception. L'Opéra Garnier ? Un enchantement ! L'Opéra Garnier
    convie le spectateur à une éblouissante découverte : la musique et les arts
    plastiques s'unissent en ce lieu sous l'égide de l'architecture. oeuvre de la
    vie d'un homme, l'architecte Charles Garnier qui l'a conçu et modelé dans ses
    moindres détails, l'Opéra Garnier, construit de 1861 à 1875, est un monument au
    style inclassable. Ses décors riches et innovants conjuguent ors et couleurs,
    peintures, mosaïques et marbres pour compose, telle une symphonie, une harmonie
    sans nulle autre pareille. Docteur en philosophie, administrateur culturel,
    Gérard Fontaine est un spécialiste réputé de l'opéra et du Palais Garnier en
    particulier auxquels il a consacré de nombreux ouvrages.

  • A la suite de la minutieuse restauration qui a redonné toute sa splendeur au grand foyer, paraît ce volume qui propose une visite intérieure du célèbre Opéra de Paris.
    Le lieu est magique. Au-delà de la façade théâtrale, miroitante, le spectateur ou le simple visiteur est convié à parcourir un chemin initiatique, parsemé de matériaux venus d'ailleurs, rythmé de perspectives vertigineuses, d'obstacles inventés et de franchissements majestueux. Peintures, sculptures, statuaire polychrome, dorures, marbres et mosaïques fascinent le regard comme autant de signes annonciateurs du spectacle lyrique. Ce décor intérieur est lui-même un spectacle qui vaut par sa continuité, par son homogénéité, par sa remarquable intégration au monument pour lequel il a été composé. L'Opéra de Charles Garnier s'affirme aussi comme un véritable musée de la sculpture et de la peinture de son temps.

  • Dès son inauguration en 1875, l'opéra construit par charles garnier connut un très grand succès pour son architecture et ses décors, indépendamment de celui que pouvaient rencontrer les spectacles qu'on y donnait.
    Ce succès-là ne s'est jamais démenti, et l'on visite aujourd'hui le palais garnier tel un monument historique hautement représentatif du goût d'une époque, le second empire. parmi ses nombreux attraits, il en est un qui demeure méconnu : une collection de quatre-vingts bustes, pour la plupart réalisés entre 1880 et 1910, qui contribue largement à faire du palais garnier un véritable musée de sculpture.
    Dressés sur de superbes gaines de marbre, ces bustes restituent les traits de ces compositeurs, librettistes, chanteurs, danseurs, décorateurs et directeurs qui ont écrit l'histoire de l'art lyrique et de la danse à paris. ils permettent d'évoquer maintes créations et représentations, passions et destinées, dans un parcours riche en anecdotes dont cet ouvrage se propose d'être le guide.

  • En 2000, la restauration de la façade principale de l'opéra de paris nous a permis de redécouvrir son décor extérieur dans sa beauté originelle.
    Quatre ans plus tard, la restauration du grand foyer renouvelle notre émerveillement. gérard fontaine nous invite à pénétrer dans l'édifice pour y parcourir un chemin initiatique pavé de matériaux venus d'ailleurs et ponctué d'aperçus vertigineux, d'obstacles et de franchissements. du vestibule d'entrée oú nous accueillent des sculptures à l'effigie de lully, haendel, gluck, rameau, nous nous orientons vers la rotonde des abonnés sous le regard de la pythonisse de marcello.
    Nous gravissons les degrés du grand escalier éclairé par les statues-torchères de carrier- belleuse, oú se dressent, somptueuses et solennelles, les cariatides en marbre polychrome de jules thomas. puis nous gagnons les espaces destinés au public : la rotonde du glacier et ses bacchanales peintes par clairin, l'avant-foyer oú règne la mosaïque, les salons de la lune et du soleil rayonnants d'or et d'argent, avec leur petit peuple de salamandres, de hiboux et de chauves-souris.
    Et nous découvrons le grand foyer, son ornementation restituée dans son éclat premier, chatoiement d'or et de couleurs. murs, voussures et plafonds peints : paul baudry y décline en de somptueuses variations la musique, la comédie et la tragédie. les vingt statues des qualités nécessaires aux artistes ont retrouvé leur élégance et leur sensualité. le spectateur peut enfin s'engager dans le " choeur ", dans la salle éblouissante, aux tonalités de rouge et d'or, surmontée du célèbre plafond de marc chagall dont la poésie rêveuse illustre les plus belles oeuvres musicales dans un vertige de formes et de couleurs.
    Dans le palais de charles garnier, peintures, sculptures, dorures, marbres, tentures et mosaïques fascinent par leur munificence. ici, l'architecture et le décor sont autant de symboles annonciateurs du spectacle, mais ils sont aussi, eux-mêmes, un spectacle qui permet au public d'accéder à l'essentiel, l'oeuvre d'opéra.

empty