• Il aura suffi d'une circulaire envoyée en novembre 2005 par le ministre de l'Éducation nationale Gilles de Robien pour relancer le débat sur l'apprentissage de la lecture... Alors, êtes-vous méthode globale ou syllabique, façon b.a.-ba ?
    Croyez-vous au bain de lecture quotidien ? - quel enfant n'a pas vu écrits autour de lui les mots " bus ", " boulangerie ", " pharmacie " ? Si oui, vous êtes " globale ". Ou pensez-vous que, finalement, l'essentiel est de comprendre comment fonctionne notre code écrit et de savoir relier les lettres aux sons comme nous le faisions autrefois ? Là, vous êtes " b.a.-ba ". Pour le ministre, c'est clair, il faut abandonner la méthode globale et revenir de toute urgence au déchiffrage ! Pourquoi pas... Mais que fait-on alors avec les mots " monsieur ", " femme ", " c'est ", je " suis ", elle " est "... Toutes ces expressions impossibles à déchiffrer mais si courantes dans notre langue oe
    Concrètement, quelle méthode faut-il préconiser ? Réponse : les deux, autrement dit, la " méthode mixte " ! Semi-globale ou semi-syllabique, suivant le camp que l'on défend. Voilà bien longtemps que les enseignants la pratiquent pour apprendre à nos enfants à lire.
    La méthode 100 % syllabique est comme le solfège en musique, on ne voit pas tout de suite à quoi ça va servir... Elle favorise les enfants qui comprennent déjà le rôle et le sens de l'école. La méthode semi-globale donne du sens à la lecture et aide les enfants les moins privilégiés à s'accrocher. Comme nous l'explique concrètement Laure Dumont, tout est affaire de dosage, laissé en général au seul jugement du professeur en fonction de son expérience et des difficultés rencontrées par ses élèves (il n'y a pas en France d'évaluation de ces méthodes).
    Alors pourquoi débattre ? Quels sont les enjeux idéologiques (et financiers) de cette guerre des méthodes d'apprentissage de la lecture ? Laure Dumont, journaliste passionnée par le monde scolaire, a mené une enquête approfondie qui intéressera les parents autant que les professeurs.
    Depuis plusieurs années, l'école fait l'objet d'attaques violentes sous la plume d'enseignants " révoltés " (notamment : Marc Lebris, Et vos enfants ne sauront pas lire... ni compter ; Jean-Paul Brighelli, La Fabrique du crétin ; Rachel Boutonnet, Journal d'une institutrice clandestine)... Faut-il rétablir les bonnes vieilles méthodes, l'élitisme de la sélection et revenir à l'école de papa ? La France est-elle en train de renoncer à son mouvement de démocratisation de l'enseignement (qui a connu, il est vrai, des résultats mitigés, voire douloureux depuis plus de cinquante ans) ? Pour nous aider à nous faire une idée plus précise, Laure Dumont a interrogé pédagogues, enseignants et chercheurs, associations de défense de l'éducation, parents d'élèves, éditeurs de manuels scolaires. Elle a aussi rencontré des anciens ministres et observé ce qui se faisait à l'étranger. Au terme de cette lecture, chacun pourra donc choisir son camp en toute connaissance de cause !

  • Que peut-on mesurer ? Comment et avec quels instruments ? À quoi ça sert ? Autant de questions que se posent les enfants sur les chiffres, les unités et les instruments...
    Voici un documentaire qui explique sous forme de bande dessinée les notions de mesure aux jeunes lecteurs.
    Soutenus par l'humour qui caractérise Yves Dumont, les mots Anne-Laure Jousse expliquent en détail comment calculer le poids d'un éléphant ou la contenance d'une baignoire. L'auteure nous dit si on doit plutôt utiliser un mètre ou une toise pour mesurer sa taille, si on peut compter le nombre de pas qui nous sépare de New York, ou encore si on peut lire l'heure sur un thermomètre et aussi à quoi servent les calendriers !

  • Aujourd'hui, c'est jour de piscine à l'école. Gaspard est impatient de montrer à ses copains comme il nage bien. Cet été, à la mer, il s'est entraîné avec son papa. Il rassure son amie Eva, qui a un peu peur de plonger dans le grand bassin. Gaspard se lance. Alors qu'il fait sa première longueur, il boit la tasse et soudain c'est la panique ! Heureusement, Archy n'est pas loin...

  • Professionnellement et amoureusement, Marie Liberté ne cesse de s'épanouir. Chanteuse internationalement reconnue sous le nom d'Espérance, liée au prévenant Jamel, la jeune artiste panse, patiemment, ses blessures de femme et cette maternité désormais impossible. Quand, soudainement, au sortir de scène, son compagnon lui rapporte une sombre nouvelle : Rodolphe, son frère myopathe, vient d'être hospitalisé de toute urgence et a dû subir une trachéotomie. De nouveau, l'univers s'effondre donc sous ses pieds et c'est dans la précipitation qu'elle décide de se rendre à son chevet. Pour le voir encore une fois. Pour ne pas le laisser entrer seul dans la mort. Pour l'accompagner et le porter jusqu'à son dernier souffle. De Boston au Mans, d'avions en trains, de pièges médiatiques en rencontres magiques, Marie entame alors un parcours existentiel jalonné d'amertume et d'espoir, au terme duquel elle se devra d'accepter la disparition, toujours plus proche et menaçante, de son frère malade.

  • Georges Ier d'Amboise (1460-1510) est l'une des personnalités les plus fascinantes de la première Modernité européenne. Pendant une dizaine d'années, en qualité de principal conseiller de Louis XII, il fut l'artisan de la politique royale, tant en France qu'à l'étranger. Que ce soit en tant que bâtisseur - comme en témoigne le château de Gaillon - de bibliophile ou de collectionneur, Georges Ier d'Amboise participe résolument à la diffusion des idées et des formes venues d'Italie.

    Avec le soutien du Fonds de la recherche scientifique (FRS-FNRS), de la Communauté française de Belgique, de la Fondation pour la protection du patrimoine culturel, historique et artisanal de Lausanne et de la ville de Liège.

  • Gaspard est fils unique. Il n'a ni frère ni soeur, ni même un chat ou un chihuahua. Alors souvent, il s'ennuie terriblement. Jusqu'au jour où il tombe sur une petite annonce : « FANTÔME À ADOPTER ! URGENT. » Ses parents acceptent d'appeler, et voilà comment la petite famille adopte Archibald, un fantôme très bien élevé, tout droit venu d'Écosse.

empty