• Les 101 mots de l'habitat évoluent avec nos moeurs, nos usages, nos sensibilités. Ils décrivent non seulement le logement mais son environnement proche. L'organisation de nos lieux de vies disent nos façons de concevoir les relations, les goûts d'une époque, les modes, la vision du progrès, les avancées technologiques...
    De l'appartement bourgeois au logement pour tous, en passant par les cités-jardins et les éco-quartiers, ces mots, qui ont une histoire, se transforment en même temps que nous et racontent nos modes de vie et nos façons de penser; de la vie avec les familiers à la cohabitation. Ils disent aussi les tentatives, les adaptations réussies et les échecs de certaines innovations. Ils racontent nos idéaux changeants et 101 mots ne sont pas de trop !


  • partie à la découverte de la ville, monique eleb a parcouru au fil des quinze dernières années les quartiers de los angeles.
    observant les cafés, de plus en plus nombreux, elle y a trouvé les indices des modes de vie et des valeurs de citadins à la recherche d'une identité dans cette métropole démesurée. les chroniques montrent comment les relations s'instaurent ainsi que les hiérarchies et les positions des différents groupes - sociaux, ethniques, sexuels, de génération - qui ont adopté un café, les attitudes légitimes et illégitimes et les rites quotidiens.
    le décor et l'ambiance créés par les cafetiers jouent aussi leur rôle et cet ensemble construit une sorte de texture formant tableau qui éclaire certains des phénomènes émergents à los angeles, ces récits permettent de comprendre les moeurs et les paysages angelenos mais aussi le rôle que les cafés tiennent dans nos vies.

  • Au cours du XX e siècle, si les Français ont accepté ou plébiscité une modernisation de l'habitation (organisation, équipe- ment technique et ménager), ils ont dans le même temps majoritairement manifesté leur préférence pour des écritures traditionnelles ou pittoresques de la maison individuelle, quand bien même elles relevaient des modes de production rationalisés ou industrialisés. Comment expliquer cet attachement à des produits standardisés ancrés dans des imagi- naires provinciaux idéalisés, le rejet massif de toute forme de modernité plastique ou encore l'évincement des archi- tectes de ce segment de la commande ?

    L'ouvrage aborde l'architecture des maisons individuelles et son évolution au fil des ans. Alors que l'on aurait pu s'attendre à voir l'architecture se moderniser comme le reste de la société, force est de constater que le public reste attaché à une image traditionnelle de la maison. Pourquoi ? Quelles en sont les raisons et les conséquences ? En nous plongeant dans les débats et les controverses qui ont mobilisé les architectes et l'État, les auteurs nous invitent à décou- vrir l'histoire de l'architecture autrement. Ce livre revient sur la saga de la « chaumière rationnelle » et la construction d'un marché qui combine économie de la construction et silhouettes conformes au mythe d'un bonheur domestique porté par des petites maisons à la fois désirables et accessibles, dominantes aujourd'hui encore dans l'essentiel de la production.

  • Les nouveaux modes d'habitation.
    Depuis quelques années déjà, nous voyons fleurir un peu partout dans le monde des projets expérimentaux liés à la cohabitation. Que ce soit pour des raisons philosophiques, économiques ou encore par désir de vivre autrement, ce type d'habitat rencontre de plus en plus de succès. Ce choix n'est pourtant pas aussi évident qu'il n'y paraît, car il pose de nombreuses questions à la frontière entre l'architecture et la sociologie.

    Des cas pratiques analysés à la loupe.
    Désireux de faire état de ce nouveau mode d'habiter, Monique Eleb et Sabri Bendimérad se sont rendus sur le terrain afin d'interroger ceux qui avaient choisi de cohabiter avec d'autres. Ils ont ainsi réalisé plusieurs études de cas, dont sept très approfondies, afin de mieux comprendre comment l'espace était organisé, mais aussi quelles nouvelles pratiques de vie avaient été mises en place. Par cette approche novatrice, ce n'est donc pas seulement le bâti qui est questionné, mais surtout un nouveau mode de vie.

    Des habitants et des lieux.
    Que les habitants partagent ou non un lien affectif, qu'ils aient ou non des points communs, il est nécessaire de réinventer la vie ensemble. Mais comment s'y prendre ? Comment organiser l'habitat pour profiter à la fois d'es- paces communs et personnels ? Est-il possible de définir le prototype d'une cohabitation réussie ? Voilà autant de questions auxquelles tentent de répondre nos deux auteurs à travers cet ouvrage totalement inédit.

  • Nouvelle édition 2019 Du débarquement des français au début du siècle jusqu'à l'indépendance à la fin des années cinquante, Casablanca, ville mythique, a été un laboratoire pour l'architecture moderne. Moins soumis qu'en métropole aux contraintes académiques, les architectes y ont osé des solutions radicales, ensuite reprises en France et dans le monde.
      Ce livre retrace une quadruple évolution sociologique, politique, urbanistique et, bien sûr, architecturale avec des épisodes dramatiques comme le débarquement des Alliés en 1942, dont les conséquences sur le port et la ville sont bien restituées.
      Fruit d'un travail de recherche de plus de dix ans, ce livre contient une iconographie originale regroupant photographies anciennes des archives marocaines, françaises et américaines, dessins d'architectes, cartes et plans, complétée par des reportages récents.
      Sa publication en 1998 a marqué un tournant dans la perception du patrimoine de la ville et a conduit à la naissance d'un mouvement associatif puissant et à l'élaboration des politiques contemporaines de préservation des édifices présentés.

  • Avec cet ouvrage, Jean-Louis Cohen, architecte et historien, et Monique Eleb, psychologue et sociologue, proposent une promenade architecturale dans le Paris intra-muros et sa proche banlieue.
    Trente-trois bâtiments photographiés par Antonio Martinelli sont visités parmi la multitude de réalisations qui ont marqué le XXe siècle. Ils ont été choisis en fonction de leur contribution au paysage urbain, de leur force esthétique et de leur rôle dans la transformation des modes de vie. Des architectes du début du siècle à qui les découvertes techniques ont permis de se libérer des conventions à la génération actuelle qui a retrouvé une dimension intellectuelle après la crise architecturale des années 1960-1970, on suit dans le Paris d'aujourd'hui les transformations d'identité d'une ville dont le centre dense est enserré dans une agglomération de plus de dix millions d'habitants.
    Par la succession et la mise en correspondance d'édifices en apparence étrangers les uns aux autres, des ossatures de béton des frères Perret aux prismes transparents de Jean Nouvel, Jean-Louis Cohen et Monique Eleb révèlent combien l'idéal d'une architecture rationnelle et lisible aura marqué l'architecture du siècle. This book takes the form of an architectural promenade devised by the architect and historian Jean-Louis Cohen and the psychologist and sociologist Monique Eleb.
    Thirty-three buildings in Paris and the inner suburbs are presented with photographs by Antonio Martinelli. Selected from the multitude of buildings which have marked the 20th century, each has been chosen for the contribution it makes to the cityscape, for its aesthetic value and for the role it has played in transforming life-styles. From the technical discoveries which enabled architects to break free from conventions in the early 20th century, to the rediscovery of an intellectual dimension by the present generation of architects in the wake of the architectural crisis of the 1960s and 1970s, this itinerary through today's Paris reveals transformations in the identity of the densely-built capital city at the center of an agglomeration populated by over ten million people.
    By explaining the connections between a sequence of buildings which look very different from one archer, ran no from the Perret brothers' concrete frames to Jean Nouvel's transparent prisms, Jean-Louis Cohen and Monique Eleb reveal the extent to which the long-established French architectural ideal of rationality and legibility has marked the architecture of the 20th century

  • Que nous dit l'architecture du logement collectif sur les modes de vie et leur évolution ? Ce catalogue est lié à une exposition d'architecture, qui aura lieu à partir de janvier à la Maison de l'Architecture d'Île-de-France, mais c'est aussi une réflexion sur la société qui la produit et l'habite, sur le privé et l'intime. C'est l'occasion de montrer l'architecture vue de l'intérieur, le " chez-soi " de ceux qui habitent un immeuble en Île-de-France, à partir de l'espace domestique et de ses représentations. Nous montrons des exemples qui éclairent une question centrale pour l'habitation : qu'est-ce qui du " dedans " participe à la fabrication du " dehors " ? Révéler en somme, le lien entre l'évolution des modes de vie des différents groupes sociaux et la conception architecturale et donc, présenter de l'habitat, social, de production courante et de luxe, depuis 1945. Pourquoi se limiter au logement collectif alors que la majeure partie du " parc " est composée de logements individuels ? D'abord parce qu'il est le fait d'architectes, qui sont par ailleurs, et on peut le regretter, relativement peu présents dans la production de la maison individuelle. Mais aussi parce qu'en France, ce logement collectif, et particulièrement le logement social, a été le vecteur et le substrat de nombreuses innovations architecturales et urbaines. C'est l'occasion de montrer l'architecture domestique dans ce qu'elle a de banal, d'exceptionnel et de savant et confronter le " standard " et " l'avant-garde ", la conception et simultanément la réception par les habitants de ce qui leur est proposé. Les opérations exposées et les textes composant le catalogue mettent en évidence le rapport entre les usages et les dispositifs de l'architecture domestique, les ambiances liées à l'époque, les slogans et idéaux esthétiques du moment (salubrité, santé, éducation, hédonisme, flexibilité, développement durable, etc.) et enfin l'impact des règlements sur la distribution du logement.

  • Face aux changements remarquables de notre société comment la production du logement a-t-elle évolué ?
    Ce livre propose un bilan de l'habitation de ces quinze dernières années en France. Il s'interroge sur les façons dont architectes et maîtres d'ouvrage s'adaptent à notre temps, face à ce que l'on peut savoir de nos divers styles de vie.
    Quels sont les dispositifs spatiaux utilisés par les architectes pour tenir compte à la fois des nouvelles façons de vivre, des réglementations récentes et des nouvelles façons de penser l'environnement ? Quelles sont les opérations marquantes de logement social ou de promotion privée au regard des variables liées à l'évolution des modes de vie ?
    Certains bâtiments présentés ici ont été remarqués par la critique, ils ont obtenu des reconnaissances publiques mettant en valeur leurs qualités, d'autres sont des bâtiments plus courants mais reconnus comme représentatifs de la production actuelle. Par ailleurs les enquêtes de tous ordres auprès du public sont utilisées pour étudier la réception de ces dispositifs, dans l'habitat neuf (logement collectif et individuel, intermédiaire, groupé) comme dans la réhabilitation. Loin de s'en tenir à parler seulement d'architecture, les thèmes étudiés associent espaces et usages : organisation du logement et de ses espaces extérieurs, cuisine ouverte ou fermée, mixité sociale, adaptation aux normes en tous genres, mise en scène de l'identité, lieux pensés pour accueillir la cohabitation et rêveries sur le futur...

empty