• Paula ou personne

    Patrick Lapeyre

    Jean Cosmo retrouve par hasard, lors d'un mariage auquel ni l'un ni l'autre ne tenaient vraiment à assister, Paula Couturier, une amie de jeunesse, soeur d'un de ses premiers amours. « C'est l'innocence du hasard, écrit le narrateur, qui donne à une rencontre son caractère fatal et stupéfiant. » Ils attendront leur cinquième rendez-vous pour vivre une passion amoureuse dont la fièvre érotique leur communique un merveilleux sentiment d'exister. Paula est mariée avec un homme malheureux mais prodigue. Elle connaît une vie facile et bourgeoise dans les beaux quartiers de Paris. Catholique, elle se partage entre son mari, le catéchisme aux enfants, ses cours dans une institution privée, et la découverte bruyante du plaisir et de l'orgasme avec son amant. Cosmo est célibataire, il travaille de nuit au tri postal de Montreuil. Il doit composer avec des cadences infernales, un petit salaire, des collègues difficiles, souvent paumés, une certaine Mylène Cachet qui le poursuit de ses « assiduités pitoyables », une chef de service exécrable, une bande de syndicalistes hypocrites, aux discours creux d'une époque antédiluvienne. Et une soeur, Fabienne, amoureuse éplorée d'un jeune musulman flambeur, que Cosmo tente en vain de consoler à coup de citations de Freud.
    Mais Cosmo a un secret. Il est passionné de philosophie, et plus particulièrement de Martin Heidegger depuis que son professeur de lycée lui a transmis sa passion. Cosmo est postier philosophe comme d'autres sont peintres du dimanche. D'une façon loufoque et tendre, il voudra peu à peu initier Paula à l'énigme de la présence, la problématique heideggerienne de l'Être et de l'existence, tout en se livrant avec elle à des ébats sexuels intenses et répétés. C'est irrésistible et joyeux. Mais le fait d'être amoureux suffira-t-il à leur bonheur comme ils semblent prêts à le croire ? Patrick Lapeyre raconte avec humour et gravité comment la passion s'affirme de façon absurde mais inéluctable dans l'impossibilité d'aimer. « On a fait un drôle de chemin pour se rencontrer », dit Paula, tandis que leur amour les entraîne sur un chemin encore plus insolite et risqué. Paula n'est pas certaine de pouvoir conjuguer comme Cosmo fièvre érotique et fièvre philosophique. Cosmo, tout à sa quête de la présence des choses, va progressivement éprouver « un étrange sentiment de vulnérabilité. » L'ombre grignote leur « très grand bonheur » : attentats terroristes à Paris, suicide d'un collègue postier, accident tragique d'Alicia, la soeur de Paula. Les amants adultères finiront par être dénoncés. Paula se sentira étouffer dans sa double vie, et reprochera à Cosmo « de faire du sexe l'alpha et l'oméga de l'existence ». Ils n'auront jamais été aussi certains d'être aimés qu'au moment où ils devront se séparer. Cosmo passera de l'intensité de la présence à l'effacement. Il disparaîtra.

  • « Nora n'aurait jamais dû revenir à Paris. Jamais. Mais elle est comme ça. Elle croit toujours que le temps est réversible. Donc elle est revenue. Oh ! Louis, I've missed you so much, so much, lui a-t-elle dit. Et il en a perdu la parole. »

    1 autre édition :

  • Homer et Sybil se rencontrent après avoir été quittés par leurs conjoints, partis vivre ensemble à Chypre. Une étrange relation va se nouer entre eux deux : ils parlent, évoquent les absents, partagent confidences et silences, mais surtout retardent leur propre rencontre.
    Finiront-ils par s'aimer ? La splendeur dans l'herbe est un livre sur le plaisir érotique de la conversation et de ses silences, car le plus important est ce qu'on ne parvient pas à dire. L'histoire délicate d'une étrange et captivante relation amoureuse, tout en légereté et poésie.

    1 autre édition :

  • «À cet instant précis, Cooper - qui, soit dit en passant, aurait préféré qu'on ne mentionne pas son nom - attend sa soeur. Il l'attend depuis des années. Sans en parler à personne. Il vaut mieux donc ne pas compter sur lui pour s'expliquer sur les raisons d'une conduite aussi étrange. C'est son secret. Sauf qu'à cet instant, il ne sait pas encore ce que son secret va lui coûter.»

    2 Autres éditions :

  • Sissy, c'est moi

    Patrick Lapeyre

    Depuis qu'elle est en âge de réfléchir, Sissy attend que quelqu'un lui dise comment on fait pour avoir l'âme légère quand on est lestée d'un corps deux fois trop large pour vous et que les gens, au cas où vous l'oublieriez, vous en font tous les jours la réflexion. Mais Sissy a encore d'autres questions à poser. Car, dans sa soif d'absolu, elle peut collectionner les chaises, entrer dans les ordres, escalader les sommets de la pureté, offrir son corps à la science, dispenser son amour à tous ceux qui en font la demande ; les circonstances, la malveillance et, sans doute, une secrète prédisposition à l'échec, la ramènent régulièrement à son point de départ. Il n'est évidemment pas exclu que Sissy soit une allégorie, mais on ne sait toujours pas de quoi.

  • La lenteur de l'avenir ; c'est d'abord le récit d'une relation impossible entre un boxeur étrange et une jeune femme qui s'attache à lui sans comprendre où il l'entraîne.
    Cette rencontre, qui provoque une sorte d'humour et de malheur doux, est aussi une histoire de folie, car il s'agit pour elle de traverser le miroir. c'est aussi une histoire de lieux : bâle, zurich, naples... chaque lieu traversé servant moins de décor que de révélateur, au sens chimique du terme, à cet avenir qui travaille les personnages.

    1 autre édition :

  • Ludo et compagnie

    Patrick Lapeyre

    Mon premier boirait des Suze-citron, mon deuxième du vin blanc avec des poignées de comprimés (on le verrait disparaître puis réapparaître), mon troisième aurait dix-neuf ans, des jambes inoubliables et serait, disons, une fille (on la verrait apparaître, puis disparaître), mon quatrième serait une montagne invisible, mon cinquième une fillette de douze ans et onze mois qui sèche les cours de gym, mon tout une satire de la solitude moderne, une utopie de la vie à trois, une éducation sexuelle et un éloge de la poésie chinoise.

  • Welcome to Paris

    Patrick Lapeyre

    Turgot est chauffeur de taxi, sa vie banale, petite-bourgeoise, va être bousculée par sa rencontre avec un couple d´Américains qu´il prend en charge un jour et qu´il ne quittera plus pendant une année. Eva et John sont beaux, brillants, artistes. Ils se prennent pour Turgot d´une affection de plus en plus ambiguë qui entraîne ce dernier dans une sorte de vie mondaine à laquelle, évidemment, rien ne le préparait. Il y fera la connaissance d´un baron néo-fasciste, d´une collectionneuse insatiable et de toute une théorie de personnages aussi torturés qu´énigmatiques.
    Chacun y trouvera son compte.
    Mais commençons par le début. Il neige et le captif, qui ne l´est pas encore, est posté derrière sa fenêtre...

  • Sissi c'est moi

    Patrick Lapeyre

    Depuis qu'elle est en âge de réfléchir, Sissy attend que quelqu'un lui dise comment on fait pour avoir l'âme légère quand on est lesté d'un corps deux fois trop large pour vous et que les gens, au cas où vous l'oublieriez, vous en font tous les jours la réflexion.
    Mais Sissy a encore d'autres questions à poser. Car, dans sa soif d'absolu, elle peut collectionner les chaises, entrer dans les ordres, escalader les sommets de la pureté, offrir son corps à la science, dispenser son amour à tous ceux qui en font la demande ; les circonstances, la malveillance et, sans doute, une secrète prédisposition à l'échec, la ramènent régulièrement à son point de départ. Il n'est évidemment pas exclu que Sissy soit une allégorie, mais on ne sait toujours pas de quoi.

  • Ludo & compagnie

    Patrick Lapeyre

    • P.o.l
    • 1 Avril 1991

    «Mon premier boirait des Suze-citron, mon second du vin blanc avec des poignées de comprimés (on le verrait disparaître puis réapparaître), mon troisième aurait dix-neuf ans, des jambes inoubliables et serait, disons, une fille (on la verrait apparaître, puis disparaître), mon quatrième serait une montagne invisible, mon cinquième une fillette de douze ans et onze mois qui sèche les cours de gym, mon tout une satire de la solitude moderne, une utopie de la vie à trois, une éducation sexuelle et un éloge de la poésie chinoise.»

  • Corps inflammable *** (le)

    Patrick Lapeyre

    • P.o.l
    • 1 Septembre 1984

    Comment devenir Perceval? S'agit-il d'un rôle que Pierre, le personnage principal de cette histoire, devra tenir dans un film d'espionnage? Ou bien est-ce seulement un nom qu'il lui faudra porter jusqu'au bout, comme un signe énigmatique dont toute sa vie sera l'élucidation? Car, acteur, il ne l'aura été que très peu de temps et ses activités d'employé de banque à Londres, sa liaison avec la très jeune Martine Cohen, semblent l'entraîner bien loin du cinéma. Mais d'autres veillent qui ont décidé de l'y ramener de gré ou de force. Récit initiatique donc, mais où il s'agit moins d'une quête de soi que d'une tentative pour aller hors de soi ; où les voyages et les immobilités provoquent des sensations si violentes qu'on en devient invisible.

  • Adapter les 23 tomes des Légendaires en manga, c'est un vieux rêve qui se réalise enfin pour Patrick Sobral, mais aussi l'occasion pour chacun de (re)découvrir la série. Une adaptation fidèle qui permet de corriger les erreurs de la BD originelle et d'offrir aux scènes d'action l'ampleur qu'elles méritent. Forts de cette liberté, les auteurs ont pris beaucoup de plaisir, gageons que les lecteurs en auront aussi.

  • Danaël, Gryf, Jadina, Shimy et Razzia, cinq justiciers aux pouvoirs fantastiques, font la fierté du monde d'Alysia. Mais, lors d'un ultime combat les opposant à Darkhell, le Sorcier Noir, une épouvantable malédiction s'abat sur leur monde : tous ses habitants - eux compris ! - retrouvent leur apparence d'enfant. Aujourd'hui, rejetés par les leurs, les cinq Légendaires veulent briser le sortilège...
    L'aventure ne fait que commencer !

  • Les elfes succombent à une mystérieuse maladie. Le roi Larbosa fait appel aux meilleurs héros dont il dispose pour enquêter sur cette affaire. Les plus forts, les plus intrépides, ceux dont la renommée n'est plus à faire, les bien nommés : Fabuleux. C'est un comble pour les Légendaires qui se rendent aussi à la convocation royale pour aider les elfes. Que les meilleurs gagnent !

empty