• Quelques jours de la vie d'une femme, Wanda. Les derniers, et les plus intenses, peut-être ?
    A 70 ans, Wanda est l'audace incarnée. Atteinte d'un cancer généralisé, elle sait sa fin imminente. Son état se dégrade à vue d'oeil, mais dans cette course contre la montre, pas question de se laisser abattre, encore moins d'avoir peur. Plutôt aller de l'avant, aujourd'hui comme hier, en ces temps de sa jeunesse que Wanda se remémore : le concert des Rolling Stones à Varsovie, en avril 1967, où elle rencontre Edward qu'elle épousera et dont la brillante carrière accompagnera les paradoxes de l'Histoire polonaise contemporaine ; son engagement dans une troupe de théâtre expérimental ; sa passion pour Konrad, son étudiant devenu amant après la chute du mur ; et bien sûr ses deux filles, insaisissables et lointaines.
    Face aux assauts du siècle, à sa violence, aux renoncements idéologiques, Wanda et ses proches ont toujours cultivé l'ironie et tenté de préserver ce qu'il restait de beauté. Héroïques à leur façon et nourris d'utopies, ils ont su rester libres. C'est à cette liberté que Wanda n'entend pas renoncer. Elle décide de s'évader de l'hôpital où elle était soignée, convaincue qu'il existe des lieux autrement plus recommandables pour trépasser. Et si son histoire commençait là où on la croit achevée? Et si, jusqu'au bout, il était possible de relancer les dés ?
    Une fabuleuse leçon de cran, d'intelligence et de vie, portée par une langue vibrante et réjouissante.

  • L'euthanasie n'est pas qu'un sujet de conversation. Elle est aussi, désormais, une réalité pour beaucoup de militants, de médecins et de malades que les progrès de la médecine jettent, paradoxalement, dans des situations toujours plus douloureuses.
    Passant de la théorie à la pratique, Paulina Dalmayer explore cet univers méconnu, consciente que, parmi tous ceux qui, comme elle, veulent promouvoir la « mort dans la dignité », très peu savent ce que ces mots recouvrent concrètement. Comment accepte-t-on, quand on est médecin, d'aider à mourir au lieu de soigner ? Quelles convictions animent les militants qui, souvent, tiennent la main, jusqu'au bout, de ceux qui ont franchi le pas ? Comment vit-on l'approche de sa mort quand on en a fixé la date et l'heure ?
    Avec distance et humour, loin de tout esprit partisan, Paulina Dalmayer apporte des réponses qui sont autant de récits bouleversants ou étrangement cocasses, d'histoires venues d'un monde parallèle, peuplé de personnages hauts en couleur. Débouchant sur le tragique, elle achève son voyage dans un de ces lieux où la mort est censée être douce, en Suisse, quand une femme accepte qu'elle reste auprès d'elle à l'instant décisif pour porter témoignage.
    Entre-temps, après avoir complété ce tour d'horizon par des rencontres avec des hommes politiques comme Jean Leonetti et Alain Claeys, ou des personnalités comme Alain Finkielkraut et Boris Razon, elle aura dressé le tableau le plus exhaustif qui ait été établi à ce jour sur le sujet, dans une enquête que son talent d'écrivain a su transformer en une passionnante plongée au coeur de la condition humaine, dont elle sait montrer avec force la précarité aussi bien que la grandeur.

  • En 2010, guidée par Kessel et Bouvier, Hanna s'envole vers L'Afghanistan. Kaboul offre mille sujets : corruption et désert institutionnel, trafic, bavures des armées régulières et coups tordus confiés à des sociétés privées. Mais enquêter implique de côtoyer aussi les aventuriers qu'un autre genre d'ambition attire vers les régions du monde sous tension.
    Or Hanna aime les hommes aux manches retroussées. Qu'ils aient un revolver dans la poche et dorment sur un matelas rempli de billets ne la dérange pas. À compter de sa rencontre avec Robert, ancien mercenaire, et Bastien, ancien agent de renseignement, le séjour d'Hanna prend une autre tournure. Les deux hommes n'entravent en rien son goût extrême pour la vérité, son plaisir diabolique à relever les contradictions. Au contraire, il suffit d'entrer dans leur sillage pour tout voir, tout comprendre, même à leur insu. Mais près d'eux Hanna découvre que son penchant pour les hommes odieux et formidables cache une fascination pour le mode de vie qu'impose un pays en guerre. Quand les pires moments sont aussi les meilleurs. Quand on a l'impression de danser sur un volcan. Alors ne faudra-t-il pas qu'elle s'en détache ? Que l'intelligence l'emporte sur l'instinct ? Ce qu'ils vivent est homérique. Mais elle est la seule à en avoir pleinement conscience et à pouvoir le raconter.
    Si la passion pour la guerre ne cesse jamais de troubler la narratrice, au moins lui permet-elle d'en révéler toutes les facettes. La guerre et ceux qui la font, l'orchestrent ou en meurent, la guerre dont Paulina Dalmayer décrit l'énergie archaïque avec le raffinement intellectuel de la Mitteleuropa.

empty