• La religion ? Une manière de penser poétiquement notre rapport au monde. Mieux même : une création poétique. Alliant intelligence philosophique et littéraire, le grand livre sur la religion qu'on attendait de l'auteur de «Sphères».

  • Dans quels temps vivons-nous ? Voici qu'une frénésie primaire pousse à mordre, haïr, dénoncer. Les rumeurs et les «fake news» aveuglent jusqu'aux politiques les plus expérimentés. Dans nombre de démocraties, le mensonge est la vérité. Les populations semblent adorer l'incompétence au pouvoir. Le cynisme et la désinhibition se généralisent. L'amour de la liberté devient un cliché. Puissant ou dominé, chacun revendique le droit d'être une exception aux règles et à la morale... C'est le moment d'écouter la parole du plus important philosophe européen actuel. En cinq essais sur les thèmes de l'immigration, du Brexit, de la cohésion sociale et de la nation, Peter Sloterdijk analyse la montée des populismes et leur vision simpliste du monde, dénonce l'improvisation de politiques réduits à réparer chaque matin les erreurs qu'ils ont commises la veille. Lui qui avait prévu le retour de la colère et de la violence, il nous exhorte aussi à ne pas oublier que l'Europe, malgré ses défauts, reste à ce jour le seul système de coopération durable.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Notre société est incapable d'assurer et d'assumer la transmission du savoir et de l'expérience depuis qu'elle a fait de la rupture le moteur de la modernité. Refuser tout héritage, faire table rase du passé, mépriser les modèles et les filiations, rompre systématiquement avec le père : ce geste "moderne", qui nous englue dans le présent, mène aux pires catastrophes, humaines, politiques, économiques. Contre le culte de l'ici-et-maintenant, et pour sortir du malaise dans notre civilisation occidentale, Peter Sloterdijk propose une relecture vertigineuse de notre histoire et nous exhorte à nous réinscrire dans la durée. Telle est la leçon de ce livre, sans nul doute un essai magistral sur l'art de maîtriser sa liberté.

  • Spheres t.1 ; bulles

    Peter Sloterdijk

    • Pluriel
    • 9 Février 2011

    Premier volume de la trilogie intitulée Sphères, destinée à analyser les conditions dans lesquelles l'homme peut rendre le monde habitable, Bulles examine, depuis la relation utérine jusqu'à l'extase mystique, les formes que prend une intériorité aimantée par l'extérieur.
    Ce faisant, il parcourt, de Platon à Lacan, nombre de figures de l'histoire de la philosophie, relues avec une très grande liberté. Toujours en quête de ce que nous avons gagné ou perdu avec la modernité, l'auteur y souligne notre exil hors de l'Un et notre quête d'une nouvelle unité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Sphères t.2 ; globes

    Peter Sloterdijk

    • Pluriel
    • 9 Février 2011

    Dans l'Antiquité, la sphère est la représentation de la perfection de ce qui n'a ni commencement, ni fin, échappe à la corruption du temps, symbolise le divin qui s'offre à la contemplation.
    Depuis les Grecs, la totalisation du monde s'opère sous la forme d'un globe, à la fois vision cosmogonique, projection géométrique et spéculation philosophique, mais aussi représentation physique de la souveraineté et attribut des empereurs, monarques ou papes. Quand s'ouvre le monde, quand la circonférence ne le contient plus et que les hiérarchies sont bouleversées, que devient cette représentation dont nous sommes malgré tout les héritiers ? Suffit-il de la déclarer obsolète pour en être affranchi ? Avec son brio habituel de conteur, Peter Sloterdijk nous entraîne dans un voyage passionnant à travers les civilisations et les époques, au gré de la position qu'y occupe le centre de la sphère.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En juillet 1999, en prononçant un discours sur Heidegger et sa Lettre sur l'humanisme, Peter Sloterdijk déclenche une vivepolémique. Quel est l'objet du scandale ? Son constat : l'humanisme est mort en 1945. Si une nation ne repose plus sur une fiction politique, d'inspiration humaniste, pour souder ses citoyens, quelle gestion des hommes ? D'ailleurs, note le philosophe, la « domestication de l'être humain constitue le grand impensé face auquel l'humanisme a détourné les yeux depuis l'Antiquité » ; « le simple fait de s'en apercevoir suffit à se retrouver en eau profonde ».Avec ses Règles pour le parc humain, Peter Sloterdijk incite à penser la condition humaine qui vient avec l'anthropotechnologie.Quelques mois plus tard, il prononce à Paris un deuxième discours dans lequel il développe ses positions : La Domestication de l'Être. Il y poursuit sa réflexion sur les conditions et le mystère de l'irruption de l'humanité, et la voie que celle-ci peut suivre vers un apprivoisement d'elle-même.PETER SLOTERDIJK, philosophe allemand né en 1947, est l'auteur d'une oeuvre importante, notamment : Sphères (I, Bulles ; II, Globes : macrosphérologie ; III, Écumes : sphérologie plurielle).

  • Pour l'auteur, l'année 1492 sonne le début de la mondialisation, précédé par l'arrondissement d'une planète jusqu'alors considérée comme plate. Esprit d'entreprise et goût du risque caractérisent ce phénomène qui a pris aujourd'hui une forme essentiellement économique. Dans la phase finale de la globalisation, le système mondial donne à toutes les formes de la vie les traits du capitalisme.

  • « Le héros de l'histoire qui suit, qui doit donner à sa vie une version symbolique, est l'homme qui lutte avec lui-même et se soucie de sa forme - nous le caractérisons plus précisément comme l'homme éthique. Aucune des théories courantes sur le comportement et l'action n'est en mesure de comprendre l'homme qui s'exerce. Avec un concept de l'exercice fondé sur une large base anthropologique, nous sommes enfin dotés de l'instrument permettant de franchir le fossé entre les phénomènes naturels et culturels. Il y a du nouveau sous le soleil. »

  • Colère et temps

    Peter Sloterdijk

    • Pluriel
    • 21 Octobre 2011
  • La folie de Dieu

    Peter Sloterdijk

    • Pluriel
    • 7 Novembre 2012

    Professeur à l'université de Karlsruhe, Peter Sloterdijk est considéré comme l'une des grandes figures de la philosophie contemporaine. Une grande partie de ses ouvrages est publiée dans la collection « Pluriel », notamment Le Palais de cristal, Bulles (Sphères I), Globes (Sphères II), Écumes (Sphères III) et Colère et Temps.Les conflits entre les religions monothéistes jouent, à notre époque, un rôle prépondérant et profondément inquiétant. Dans ce livre, Peter Sloterdijk prolonge une réflexion engagée de longue date sur la coexistence de structures antagonistes, telle qu'il l'avait étudiée dans Bulles et Écumes. Décrivant et analysant la naissance des trois monothéismes - le judaïsme, le christianisme et l'islam -, il montre comment ceux qui prônent la suprématie de leur seul dieu s'engagent dans des croisades de plus en plus excessives : la guerre sainte des islamistes en est un exemple terrifiant. Refusant l'utilisation de la religion comme « banque de vengeance métaphysique », il propose la reconversion de ces zélateurs de l'absolu en acteurs de la société, seule manière de remédier aux désastres de la folie de Dieu qui tue au nom de la vertu.

  • Le projet Schelling

    Peter Sloterdijk

    • Piranha
    • 3 Janvier 2019

    Cinq universitaires, ayant tous dépassé la cinquantaine, entament une correspondance par mails pour mettre au point un projet de recherches pluridisciplinaires consacrées au « développement d'une sexualité féminine sur le trajet menant des femelles hominidées aux femmes homo sapiens, du point de vue de la théorie de l'évolution et sans jamais oublier la philosophie de la nature de l'idéalisme allemand ».
    Au fil de la correspondance, la parole se libère révélant la quête de chacun du bilan de son existence sexo-intellectuelle.
    Les jeux érotiques épistolaires, les récits ironiques, tendres ou parfois brutaux, débouchent sur une sorte de nouvelle théorie du rapport amoureux et font de Neuf fois plus une farce philosophico-érotique, subtile, évocatrice et très drôle.

  • Dis-moi quelle philosophie tu choisis et je te dirai qui tu es. Telle est l'intuition qui gouverne ce recueil. Les âmes assujetties choisissent un système naturaliste, tandis que les hommes à l'esprit fier ont recours à un système de liberté. Passant en revue, de Platon à Foucault, la plupart des grands philosophes, Peter Sloterdijk introduit à leurs pensées en présentant les hommes qu'ils étaient. Il construit ainsi une histoire personnelle de la philosophie où l'on (re)découvre ces grands personnages du passé et l'intuition centrale qui organise leur pensée.

    Professeur à l'université de Karlsruhe, Peter Sloterdijk est considéré comme l'une des grandes figures de la philosophie contemporaine. Une grande partie de ses ouvrages est publiée dans la collection « Pluriel », notamment Le Palais de cristal, Bulles (Sphères I), Globes (Sphères II), Écumes (Sphères III) et Colère et Temps.

  • Pendant quarante ans, Peter Sloterdijk a pris quotidiennement des « notes » dans de grands cahiers qui n'ont jamais été exploités. L'auteur de Sphères et de Tu dois changer ta vie a finalement accepté d'en publier une dizaine, couvrant la période 2008-2011. À mi-chemin entre le journal et les notes philosophiques, écrites d'une plume vive et mordante, nous y découvrons l'auteur au travail, ses projets, ses voyages, ses colères, ses souffrances et ses émerveillements. On y devine l'angoisse de la mort, la solitude du penseur, la difficulté à vivre dans cette époque qui est la nôtre ¿ « Quand nous partirons, écrit Peter Sloterdijk à la fin de ces notes, nous aurons le sentiment d'avoir passé notre enfance dans l'Antiquité, nos années de maturité dans un Moyen Âge que l'on appelait la modernité et nos journées de vieillesse dans une époque monstrueuse pour laquelle nous n'avons pas encore de nom. » Mais l'ouvrage fait aussi apparaître comment, au fil des jours et des lignes, une oeuvre majeure de la philosophie contemporaine se forme, entre la mélancolie de vivre et le bouillonnement des idées.

  • Ma France

    Peter Sloterdijk

    De Rousseau au Mont Ventoux, il n'y a peut-être qu'un tour de roue de vélo : celle de Peter Sloterdijk, philosophe dont on connaît la prestigieuse trilogie Sphères, les volumes majeurs que sont Colère et Temps ou Il faut changer ta vie, mais dont on ignore souvent les rapports complexes qu'il entretient avec la France. Il y exprime un amour teinté de distance et parfois d'ironie pour les grands auteurs français ou francophones ' Descartes, Voltaire, Dumas, Althusser, René Girard, Bruno Latour et tant d'autres. Il revient sur les grands événements de l'histoire de France, notamment la Révolution. Il observe avec étonnement le monde et de la vie politique en France ' on y trouvera entre autres un passage surprenant concernant Jean-Pierre Chevènement, et le texte fulminant paru sous le titre Théorie des après-guerres. Il évoque aussi les paysages et la montagne française dans un entretien inédit.
    Cette mosaïque de vingt-deux textes (parfois parus en France en volume, parfois inédits) compose un portrait philosophique, politique, intellectuel et historique de la France telle que la voit Sloterdijk ' sans complaisance, mais sans renier ses admirations.

  • Peter Sloterdijk est l'une des figures majeures de la philosophie contemporaine. Il a déjà publié en « Pluriel » Bulles (Sphères I) en 2003, Les Battements du monde (en collaboration avec Alain Finkielkraut) en 2005, Ni le soleil ni la mort en 2004 et LHeure du crime et le temps de l'oeuvre d'art suivi de Essai d'intoxication volontaire en 2001. Écumes est le troisième volume de la trilogie Sphères, celui où l'auteur développe la dimension sociétale et politique de sa réflexion : comment faire société avec ces bulles que sont les individus ?
    L'écume est cette société de bulles. « La métaphore de l'écume présente l'avantage de mettre en image le voisinage d'unités fragiles dans un espace comprimé. Elle renvoie aussi à la fermeture nécessaire de toute cellule d'écume sur elle-même, bien que celle-ci ne puisse exister qu'en tant qu'utilisatrice d'installation de séparation commune (parois, portes, couloirs, rues, clôtures, installations frontalières, zones de transit, médias). » Cette perspective se déploie en utilisant des métaphores nouvelles pour penser le monde social (la capsule, les îles, la serre) et relier des phénomènes disparates, mais constitutifs de notre modernité, comme l'avènement de la société de consommation, la permanence des anciens discours révolutionnaires, la baisse de la fécondité, l'urbanisation, et ainsi proposer une vision renouvelée de ce qui nous met en mouvement : abondance, frustration, caprice.

  • Après nous le déluge

    Peter Sloterdijk

    • Payot
    • 12 Octobre 2016

    Notre société est incapable d'assurer et d'assumer la transmission du savoir et de l'expérience depuis qu'elle a fait de la rupture le moteur de la modernité. Refuser tout héritage, faire table rase du passé, mépriser les modèles et les filiations, rompre systématiquement avec le père : ce geste « moderne », qui nous englue dans le présent, mène aux pires catastrophes, humaines, politiques, économiques. Contre le culte de l'ici-et-maintenant, et pour sortir du malaise dans notre civilisation occidentale, Peter Sloterdijk propose une relecture vertigineuse de notre histoire et nous exhorte à nous réinscrire dans la durée. Telle est la leçon de ce livre, sans nul doute un essai magistral sur l'art de maîtriser sa liberté.

  • Dans ce recueil d'entretiens, Peter Sloterdijk exprime son indignation sur l'élimination du citoyen de la démocratie moderne, et notamment du système d'imposition dont il se sent la victime.
    L'auteur propose un changement du système de la fiscalité dans les pays occidentaux, qui consisterait à introduire une part de volontariat dans le paiement des impôts afin de changer le rapport du citoyen à l'Etat. Le prélèvement d'argent par le haut est aujourd'hui vécu comme une brimade, alors qu'il devrait être une contribution à la vie de la communauté motivée par une "éthique du don".

  • Notre monde ne vit que dans l'urgence et dans le «zapping», l'obsession du mouvement et de l'action. Tout doit changer et bouger sans cesse: les hommes, les machines, l'information, les idées et les idéaux. Nos sociétés modernes ont développé une religion du mouvement perpétuel, qui n'épargne ni la politique, ni le savoir ni les peuples. Face à cette frénésie qui ressemble à une fuite en avant et à une perte de sens, Peter Sloterdijk défend l'idée d'eurotaoïsme. Il ne s'agit pas de "penser avec des baguettes", d'importer la culture taoïste en Europe mais parce qu'elles accordent une importance capitale à l'immobilité, au non-agir et au détachement, les sagesses asiatiques permettent de contrebalancer l'impératif de course folle, la fascination pour l'éphémère et l'événementiel qui appauvrissent les sociétés européennes. Sloterdijk apparaît ainsi comme l'un des derniers moralistes, dans la grande tradition qui va de Nietzsche à Cioran.

  • Connu en France pour sa réflexion audacieuse et inédite, (Critique de la pensée cynique, Le Temps du crime et l'oeuvre d'art, Réflexions sur le parc humain), Sloterdijk a ranimé l'intérêt du public pour la philosophie comme vision du monde contemporain. Ses livres, parfois polémiques, toujours profonds et déconcertants, séduisent de plus en plus de lecteurs et ne manquent jamais de susciter la curiosité de la presse. Bulles est le premier volume d'une trilogie où l'auteur tente de raconter l'histoire du monde en se posant une question simple : Où vivent les gens une fois qu'ils savent qu'ils sont chez eux sur un globe ? Sur ce chemin, nous rencontrons aussi bien Platon ou les pères de l'Eglise que les hérétiques médiévaux et les philosophes des XIXe et XXe siècles, mais aussi quelques personnages à part, tels qu'Andy Warhol et Vladimir Nabokov. Un style très littéraire, un sens affirmé de la formule, un goût nietzschéen du verbe auquel sa forme donne sens. Parution simultanée aux Mille et Une Nuits de La Compétition des bonnes nouvelles, Nietzsche évangéliste, inédit.

  • Quelle est la « bonne nouvelle » que recherche - ou que trouve - Nietzsche ? autour de cette question, Peter Sloterdijk revient sur la manière dont l'évangile, ou annonce de la bonne nouvelle, peut aujourd'hui procéder sans recourir à des visions déistes du monde. magnifique portrait de Nietzsche, ce texte est aussi un pas vers ce que cherche Peter Sloterdijk, une « gauche » qui soit fondée sur la recherche d'une « bonne nouvelle » positive.

  • Notre monde ne vit que dans l'urgence et dans le " zapping ", l'obsession du mouvement et de l'action.
    Tout doit changer et bouger sans cesse : les hommes, les machines, l'information, les idées et les idéaux. nos sociétés modernes ont développé une religion du mouvement perpétuel, qui n'épargne ni la politique, ni le savoir ni les peuples. face à cette frénésie qui ressemble à une fuite en avant et à une perte de sens, peter sloterdijk défend l'idée d'eurotaoïsme. il ne s'agit pas de " penser avec des baguettes ", d'importer la culture taoïste en europe mais parce qu'elles accordent une importance capitale à l'immobilité, au non-agir et au détachement, les sagesses asiatiques permettent de contrebalancer l'impératif de course folle, la fascination pour l'éphémère et l'événementiel qui appauvrissent les sociétés européennes.
    Sloterdijk apparaît ainsi comme l'un des derniers moralistes, dans la grande tradition qui va de nietzsche à cioran.

  • Dans cet ouvrage, où Peter Sloterdijk répond aux questions de Hans-Jürgen Heinrichs, l'auteur de Bulles explicite le sens de sa quête philosophique et fournit une introduction des plus accessibles à son oeuvre ; il souligne ainsi la double dimension qui la caractérise : d'une part, engager une réflexion philosophique fondamentale, qui s'écarte d'un rationalisme trop étroit sans pour autant s'engager dans un renoncement à la manière de Heidegger. D'autre part, cerner au plus près les enjeux des évolutions les plus contemporaines du monde : les mutations de la technique et l'émergence des biotechnologies ; le rôle croissant des médias et des technologies de l'information et de la communication ; la nouvelle dimension du politique à l'heure de la mondialisation.
    /> Enfin, il situe son oeuvre par rapport à la tradition philosophique, mais aussi par rapport aux penseurs contemporains, en particulier les Français, Lacan, Derrida, Deleuze, envers lesquels il tient à marquer une dette qui n'exclut pas une lecture très libre.

  • Peter Sloterdijk, dans ce dernier volume de sa trilogie, Écumes, sphérologie plurielle, part à la découverte de la structure alvéolaire qui permet aux êtres humains de coexister dans les sociétés modernes. Il y souligne le rôle de l'élément aérien, notamment dans les nouvelles techniques de destruction et d'extermination, développe une théorie des îles et de « l'insulation » humaine, se penche sur le phénomène de la cohabitation des « machines célibataires » vivant en cellules juxtaposées, ou encore sur le phénomène de la « serre », fabrication artificielle d'un milieu atmosphérique. En ceci, il répond à la question de la nature du lien qui fait tenir le sujet dans ce que la sociologie nomme traditionnellement « société ».
    Peter Sloterdijk entre avec ce volume dans une phase d'observation de la civilisation contemporaine, dont il rattache l'évolution aux premiers mythes de l'écume, entre autres la naissance d'Aphrodite. Cette forme de pensée sereine en bulles, en écumes sert à prendre en considération la pluralité des approches et inventions du monde. De même, elle formule une interprétation philosophique et anthropologique de l'individualisme qui, en créant une atmosphère de liberté, dépasse les définitions entendues (cf. « Le malheur est la dernière idéologie »).

empty