• Soeurs dans la guerre

    Sarah Hall

    L'Angleterre n'a pas échappé à la crise environnementale et à l'effondrement économique. Un régime autoritaire organise le rationnement de la population dans quelques villes isolées et exsangues. Le droit à la reproduction est soumis à un système de loterie et les femmes en âge de procréer se voient greffer un stérilet. Une jeune fille nommée Sister raconte son évasion et sa quête pour rejoindre une ferme utopique dans la région des Grands lacs : l'armée de Carhullan, une bande de rebelles ayant renoué avec une vie rurale et coupé tout lien avec les hommes. 

  • Rachel Caine, meilleur expert britannique des loups, travaille dans une réserve indienne de l'Idaho. Lorsqu'un propriétaire terrien lui demande de l'aider à réintroduire le loup gris dans son domaine, elle accepte de rentrer en Écosse. Pour Rachel, c'est plus qu'un défi à relever et un changement professionnel : elle va aussi devoir se réconcilier avec sa famille désunie.
    Sur fond de tumulte politique - indépendance de l'Écosse, luttes de pouvoir -, La Frontière du loup interroge la nature fondamentale de l'homme et de l'animal, explore les concepts d'écologie et de progrès, nous parle des préoccupations les plus obsédantes de l'humanité.

  • Peindre un homme mort articule quatre histoires, reliées entre elles par des ponts plus ou moins lointains.
    Deux de ces récits se déroulent en Ombrie, dans les années 1960. Un vieux peintre italien renommé souffre d'une longue maladie. Il tient un journal dans lequel il décrit son quotidien et revient sur son passé. Il se rappelle de la correspondance qu'il a entretenue avec Peter, un jeune Anglais alors étudiant aux Beaux Arts. Il se remémore aussi la joie que lui procurait l'enseignement du dessin à une jeune fille de son village.
    Cette jeune marchande de fleurs a depuis perdu la vue. Nous la suivons tandis qu'elle vit de plus en plus recluse et développe une angoisse croissante vis-à-vis du monde environnant, qu'elle ne voit plus.
    On retrouve Peter Caldicutt trente ans plus tard, en Angleterre. Il est devenu célèbre, spécialisé dans la peinture de paysages. Grand marcheur, il a l'habitude de parcourir les abords accidentés du Cumberland pour y faire des croquis. Un jour, au crépuscule, un faux pas le précipite et le coince entre deux blocs de roche. Ses escapades étant habituelles, sa femme ne s'inquiète pas immédiatement et les secours mettent un certain temps à arriver. Les longues heures qu'il passe au fond du ravin lui laissent le loisir de méditer sur son premier mariage, sur sa femme, ses enfants et son métier.
    Quelque temps après, sa fille Susan s'efforce tant bien que mal de surmonter la douleur causée par la mort accidentelle de son frère jumeau à qui elle a toujours été extrêmement « voire maladivement « attachée. Portant à présent presque son propre deuil, elle tend à négliger une carrière naissante de photographe talentueuse et tourne le dos à l'homme qui partage sa vie, pour nouer une relation clandestine avec le mari de sa meilleure amie.
    Dans ce roman bti autour de quatre récits racontés en alternance, Hall parvient à jongler et combiner ces différentes trajectoires avec brio. Son écriture est à la fois viscérale et agréable. Les émotions de ses personnages sont savamment transcrites dans ce tissu de voix, disparates, qui partagent une réflexion commune sur l'art, le moi, le corps et le monde qui les entoure.
    L'écriture de Sarah Hall combine sensibilité et audace. Chacun de ses personnages est crédible, abouti, campé avec une grande subtilité.
    S'étendant sur un demi-siècle, le quatrième roman de Sarah Hall porte un regard brillant et féroce sur le milieu de l'art et la place qu'il occupe dans nos vies. Peindre un homme mort est roman un lumineux et perspicace au pouvoir extraordinaire.

  • MRS FOX

    Sarah Hall

    • Faber
    • 15 Janvier 2019

    Walking ahead of him on the heath, his wife turns to look at him over her shoulder, 'Topaz eyes glinting. Scorched face. Vixen.' In language harvested from nature, Sarah Hall tells a story of metamorphosis, of wildness and fecundity, and of a man reaching for reason, who cannot let go of the creature he loves.

  • rien ne destinait cyril parks à peindre des corps, à inscrire des christ et des dragons dans la chair des hommes.
    ni son père, disparu en mer la veille de sa naissance, ni sa mère, féministe et indépendante, ni son enfance sage passée dans une petite station
    balnéaire du nord-ouest de l'angleterre. mais riley, homme brutal et artiste hors pair, a su déceler chez le gamin le génie du dessin et la passion de la peau. c'est lui qu'il a choisi pour être son apprenti, son disciple, son fils, et lui enseigner l'art obscur, sensuel et violent du tatouage.
    dans ce roman étrange et fascinant, sarah hall retrace l'existence unique d'un homme qui a laissé son art façonner son destin.

  • SUDDEN TRAVELLER

    Sarah Hall

    • Faber
    • 6 Août 2020

    'No one writes stories the way Hall does and quite possibly no one ever will. Astonishing, miraculous, a gift.' Daisy Johnson WINNER OF THE BBC NATIONAL SHORT STORY AWARD WINNER OF AN O.HENRY PRIZE FOR SHORT FICTION The seven stories of Sudden Traveller immerse us anew in one of the most distinctive literary imaginations. In Turkish forests or rain-drenched Cumbrian villages, characters walk, drive, dream and fly, trying to reconcile themselves with their journey through life and death. A woman fitted with life-changing technology returns to the site of her strongest memories; a man repatriated in the near east hears the name of an old love called and must unpack history's suitcase; and from the new world-waves of female anger and resistance, a mythical creature evolves. Radical, charged with a transformative creative power, each of these stories opens channels in the human mind and spirit, as Sarah Hall once more invites the reader to stand at the very edge of our possible selves. 'Hall's stories are extraordinary. Magical. I never know where the next one will take me, but I know it will be unexpected, memorable, and built from language that crackles with energy.' Chris Power Praise for Madame Zero : 'So fearsomely excellent it almost hurt to read. Truly the best collection I've come across in a decade.' Wells Tower 'These stories leave the reader unsettled, thrilled, and changed ... Marvellous.' Jon McGregor 'I can't praise it highly enough.' David Mitchell 'Astonishing: humane yet otherworldly, disturbing, sexy and strange. The woman is a genius.' Jessie Burton 'Hall's stories are vixen-shaped: urban and rural, feral and natural, female and stinky, beautiful and tough ... Exceptional, compelling, frightening and authentic.' Guardian 'Stunning ... Each of these brilliant stories is a leap into a dark, mysterious void that ultimately reveals glittering terrors therein.' Independent 'An edgy, sensuous, and immediate writer of striking power and grace.' Sunday Times

  • Anglais THE WOLF BORDER

    Sarah Hall

    For almost a decade Rachel Caine has turned her back on home, kept distant by family disputes and her work monitoring wolves on an Idaho reservation. But now, summoned by the eccentric Earl of Annerdale and his controversial scheme to reintroduce the Grey Wolf to the English countryside, she is back in the peat and wet light of the Lake District. The earl's project harks back to an ancient idyll of untamed British wilderness - though Rachel must contend with modern-day concessions to health and safety, public outrage and political gain - and the return of the Grey after hundreds of years coincides with her own regeneration: impending motherhood, and reconciliation with her estranged family. The Wolf Border investigates the fundamental nature of wilderness and wildness, both animal and human. It seeks to understand the most obsessive aspects of humanity: sex, love, and conflict; the desire to find answers to the question of our existence; those complex systems that govern the most superior creature on earth.

  • Dans son premier recueil de nouvelles, la romancière Sarah Hall emporte le lecteur à travers une suite d'histoires sombres, émouvantes, puissamment évocatrices.
    Sur les collines de Combrie, couvertes de bruyères, avec leur passé de violence, dans la touffeur et l'animation d'un Londres estival, aux abords d'un lac au calme inquiétant dans une région reculée de Finlande. L'auteur évoque ces paysages et d'autres avec une précision et une grâce peu communes, à l'aide d'une prose viscérale, capable de faire percevoir au lecteur la puanteur d'un abattoir, l'éclat de baies d'aubépine dans la nuit ou la sensation poisseuse du sang sur la peau.
    Les personnages qui peuplent ces lieux - des femmes ont les premiers rôles - sont des rescapés de la vraie vie. Qu'il s'agisse d'une épouse frustrée en quête d'expérience sexuelle extrême ou d'une jeune femme envisageant la mort de son compagnon, des mécanismes et des désirs obscurs remontent à la surface. Le corps humain - brut, imparfait, taraudé par les conflits émotionnels - est le cadre sensuel des drames qui se nouent.
    Même les scènes les plus banalement domestiques sont habitées d'une violence qui s'impose peu à peu, d'un instinct animal à peine contenu qui menace de prendre le dessus. Bien qu'indépendants les uns des autres et différents par la forme narrative, ces récits possèdent tous une même qualité entêtante. Ils font du monde un endroit plus étrange.

  • On the windswept front of Morecambe Bay, Cy Parks spends his childhood years first in a guest house for consumptives run by his mother and then as apprentice to alcoholic tattoo-artist Eliot Riley.

  • The world has changed. War rages in South America and China, and Britain is run by an omnipresent dictatorship known simply as The Authority. Assets and weapons have been seized, every movement is monitored and women are compulsorily fitted with contraceptive devices. This is Sister's story of her attempt to escape the repressive regime.

  • Italy in the early 1960s: a dying painter considers the sacrifices and losses that have made him an enigma, both to strangers and those closest to him. He begins his last life painting, using the same objects he has painted obsessively for his entire career - a small group of bottles.

  • Includes such characters as: a frustrated housewife who is seeking extreme experience or a young woman contemplating the death of her lover, dark devices and desires rise to the surface.

  • BURNTCOAT Nouv.

    BURNTCOAT

    Sarah Hall

    '' Extraordinary .'' Sarah Perry '' A masterpiece. '' Daisy Johnson '' A dark and brilliant novel about love, art and fragility in a time of crisis. '' Sarah Moss '' Wonderful . . . The writing goes down smoking hot onto the page. '' Andrew Miller You were the last one here before I closed the door of Burntcoat, before we all shut our doors. In the bedroom above her immense studio at Burntcoat, the celebrated sculptor Edith Harkness is making her final preparations. The symptoms are well known: her life will draw to an end in the coming days. Downstairs, the studio is a crucible glowing with memories and desire. It was here, when the first lockdown came, that she brought Halit. The lover she barely knew. A presence from another culture. A doorway into a new and feverish world.

  • Chaque jour t'apporte ses joies et ses petits ennuis, parfois tu boudes, parfois tu ris. Mais rappelle-toi ceci : le secret, c'est... un bisou, ça change tout !

    Plein de tendresse et de finesse, « Un bisou, ça change tout ! » est un album si réconfortant qu'on a envie de se blottir au creux de ses pages !

empty