• Croyances - art brut, la collection Nouv.

  • Ce catalogue présente les oeuvres de 25 créateurs japonais d'art brut (autodidactes, marginaux, personnes agées, personnes incarcérées ou résidant dans des hôpitaux psychiatriques) dont des peintures, des dessins, des photographies, des productions textiles et des sculptures. Avec deux articles qui précisent la définition de ce domaine en marge du champ officiel de l'art.

  • Qui sont les Barbus Mu¨ller ? En 1939, d'étranges sculptures commencent à circuler sur le marché des antiquités parisien. Dans une quête inlassable du rare et du beau, Josef Mu¨ller - le fondateur de la collection Barbier-Mueller que le musée éponyme expose - ne manque pas d'être attiré par ces créations en basalte et en acquiert un lot.
    En 1945, la curiosité de Jean Dubuffet est éveillée. Il court en voir dans l'atelier du socleur japonais Inagaki. Fasciné par ces créations insolites qui partagent un air frappant de ressemblance, il les baptise toutes « Barbus Mu¨ller », probablement d'après la barbe qu'arborent certaines pièces et le nom de Josef Mu¨ller qui en a acquis le plus grand nombre. Il les publie dans une petite plaquette qui contient le texte fondateur de son concept d'Art Brut (la réédition est encartée dans le présent ouvrage). Il organise aussi une exposition en 1947 dans le Foyer de l'Art Brut à Paris. Il acquiert ultérieurement trois pièces de ce type.
    De ces statues, on ne savait rien. Acquises par Josef Mu¨ller comme « têtes celtiques en pierre, Vendée », diverses provenances leur sont attribuées au fil du temps : Amériques, Océanie, voire l'oeuvre d'un sculpteur autodidacte.
    L'énigme semble aujourd'hui résolue. Grâce à une étude fouillée menée par le passionné Bruno Montpied, l'identité du sculpteur est dévoilée (en tout cas pour certains de ces Barbus Mu¨ller).
    Réunissant une vingtaine de Barbus de sa propre collection et de prêteurs publics et privés, le musée Barbier-Mueller associe ces derniers avec des oeuvres de cultures lointaines, sélectionnées dans ses collections, pour évaluer ressemblances et divergences. Elles fraterniseront comme auparavant dans le regard et la réserve de Josef Mu¨ller.

  • « Scrivere Disegnando n'est pas, dans le sens strict du terme, une exposition sur l'écriture, mais plutôt une exposition sur son ombre, sur une idée d'écriture qui abandonne sa fonction de communication pour s'aventurer sur le chemin de l'illisible et de l'indicible. Notre recherche entend explorer cette tension intrinsèque à la graphie qui oscille entre l'écriture, dans sa dimension proprement sémantique, et la terra incognita de la simple arabesque, de l'automatisme, du signe répété et du gribouillage. » - Andrea Bellini.

  • À l'été 1945, le peintre Jean Dubuffet désigna sous le nom d'Art Brut des créations confrontant l'histoire de l'art à une forme de perplexité, tant les productions retenues, situées hors du champ officiel de l'art et dont les auteurs étaient tous autodidactes, interrogeaient les conventions artistiques de l'époque.

    Depuis, l'Art Brut a intégré le champ de l'art notamment sur le plan des expositions et du marché. Il demeure toutefois un pôle qui semble irrésistiblement échapper à qui tente de le cerner de trop près.

    Objet frontière de réflexion par excellence, l'Art Brut a la capacité de réunir sur le plan de l'organisation sociale des savoirs, autant le sociologue des institutions, l'historien de l'art ou de la psychiatrie, l'analyste de discours que le psychologue.

    Le concert interdisciplinaire auquel invite le présent ouvrage réunit des spécialistes de l'Art Brut de tous bords et discute en particulier de la prospection de créateurs contemporains, de modalités actuelles d'exposition et du rôle d'opérateur critique dont se dote aujourd'hui encore l'Art Brut, tant pour ce qui concerne l'histoire culturelle que pour la pensée de l'art et du langage.

    Cet ouvrage, richement illustré, s'adresse aux spécialistes de l'Art Brut ainsi qu'à toute personne intéressée par le sujet,ainsi que par l'organisation du champ de l'art et celle des pratiques artistiques sur les plans culturels, institutionnels et politique.

  • VÉHICULES ART BRUT. LA COLLECTION Sous la direction de Sarah Lombardi Textes de Michel Thévoz et Anic Zanzi 20,5 x 25,5 cm, 168 p.
    130 ill. en couleurs broché avec rabats ISBN 978-88-7439-657-3 € 32,00 Télécharger le fichier pdf Ce premier titre de la nouvelle série Art Brut. La Collection porte un regard sur les oeuvres de la Collection de l'Art Brut, à Lausanne, à travers un thème à chaque fois renouvelé La série Art Brut. La Collection, dirigée par Sarah Lombardi, rend compte de la Biennale de l'Art Brut, qui met en lumière l'exceptionnel fonds de la Collection de l'Art Brut regroupant plus de 60 000 oeuvres. En effet, l'institution souhaite valoriser sa superbe collection, qui ne peut être montrée de manière permanente faute d'espace. Elle offrira au public un regard sur ses oeuvres à travers un thème à chaque fois renouvelé. Le premier, celui des véhicules, inaugure une série d'expositions thématiques qui se tiendront tous les deux ans au musée, sur le modèle d'une biennale, et viseront à mettre en valeur la richesse du matériel recueilli. Des locomotives de Hidenori Motooka à la bicyclette de Franz Kernbeis, en passant par les dirigeables de Willem Van Genk ou les bateaux d'Auguste Forestier, les auteurs d'Art Brut sont nombreux à s'être focalisés sur la mobilité. L'exposition, accompagnée du premier ouvrage de la série, présentera uniquement des oeuvres issues du fonds de la Collection : assemblages, sculptures et dessins de près de 40 créateurs.

  • La collection de L'Art brut est un musée unique en son genre : à son origine, le peintre Jean Dubuffet, inventeur du concept d'Art brut. En 1970, il pense en effet à pérenniser sa collection réunie au cours des 25 années précédentes. Il choisit alors la ville de Lausanne, comme réminiscence de son voyage initiatique de 1945, en Suisse, à la base de ses premières découvertes.
    Le château de Beaulieu, édifice du XVIIIe siècle, deviendra dès 1976 l'écrin de la première collection d'Art brut qui comprend alors près de 5000 oeuvres.
    Près de 35 ans plus tard, elle compte près de 60 000 pièces, parmi lesquelles celles de figures majeures, telles Aloïse, Adolf Wölfli, Henry Darger, Augustin Lesage ou Josef Hofer.
    Cet ouvrage, conçu à l'occasion de la nouvelle présentation du musée, permet d'avoir une approche complète et synthétique d'une des plus belles collections d'Art brut, dans son état le plus actuel.

empty