• Le monde

    Sophie Trelcat

    Dressé à la pointe triangulaire du secteur Austerlitz de la Zac Paris Rive Gauche, entre fleuve et gare, le vaisseau amiral du Groupe Le Monde balise l'entrée du quartier éponyme. Nouveau lieu pour une nouvelle configuration du groupe de presse, le bâtiment est symbolique à plusieurs égards. Il est un indéniable acte de foi du groupe en son avenir et en celui des médias, et il représente l'existence du nouveau consortium rassemblant Le Monde, La Vie, Télérama, The HuffPost, L'Obs, Rue 89. Le projet dessiné par les agences Snohetta en Norvège & SRA en France est conçu comme un ouvrage d'art habité, soit un bâtiment pont enjambant une parcelle dont la dalle centrale, au-dessus des voies ferrées, est inconstructible. Issu d'une manipulation géométrique, le bâtiment complexe accueille une grande arche publique ouverte sur la rue, tandis que ses façades pixellisées courbes en verre amènent en souplesse le regard vers d'autres horizons et d'autres perceptions. C'est une relecture de Paris dans sa forme urbaine, ses fonctions et ses matières qui sont ainsi placées en résonance.

  • Le livre de la Seine Musicale commandé par Bouygues Construction présentera le projet architectural en trois chapitres. Un ouvrage illustré associant textes critiques et entretiens sur cet équipement exceptionnel.
    - Histoire et avenir d'un quartier : l'Île Seguin.
    Développement du grand projet de renouvellement urbain de l'Île Seguin.
    - Histoire et avenir d'un projet : la Seine musicale.
    Analyse du bâtiment implanté en pointe aval de l'Île Seguin. Sa morphologie participe à la définition de la silhouette générale de l'île et sa position à la pointe lui confère un statut emblématique.
    - La cité musicale : lieu de culture, lieu de vie.
    À travers cette approche seront abordés la vocation de grande qualité architecturale et l'ambition des programmes de la Seine musicale.

  • Tank architecture

    Sophie Trelcat

    Créée en 2005, l'agence Tank est née de la complicité entre les architectes Lydéric Veauvy et Olivier Camus alors qu'ils étaient encore étudiants. L'équipe regroupe aujourd'hui deux assistantes et onze architectes dont l'objectif commun est de dépasser les problématiques posées par une commande. Au fil des pages, l'ouvrage est l'occasion de mettre en relation les projets et de montrer comment les idées naissent et se réalisent.
    Loin de ne concerner que la seule transformation de la matière grise, il s'agira également d'inviter le lecteur à se plonger dans l'univers particulier des réalisations. Déjà nombreuses, chacune des constructions offre différentes couches de lectures que le livre s'attache à mettre en évidence. Du programme culturel ou scolaire en passant par l'habitat et les études urbaines, l'état d'esprit est d'autoriser tous les possibles, Lydéric Veauvy et Olivier Camus défendant une position résolument critique concernant chacune de leurs réalisations.

  • Espace Oscar Niemeyer

    Sophie Trelcat

    Libre, fluide, insolemment fiché au coeur de la ville, la Maison de la Culture du Havre, conçue par Oscar Niemeyer et construite entre 1978 et 1982, est un formidable contrepoint à la ville orthonormée d'Auguste Perret. Sous son apparente simplicité volumétrique, l'espace culturel - rebaptisé le Volcan en 1990 - cache son jeu. Ses lignes audacieuses répondent à une programmation artistique du même ordre, tournée vers l'avant-garde. Issu du mouvement des Maisons de la culture d'André Malraux, rêvant de mettre l'art à la portée de tous, le théâtre a donné l'opportunité à des chorégraphes, à des hommes de théâtre de renom voire à des compagnies circassiennes d'y déployer leurs plus belles audaces scéniques.

    Face à l'obsolescence des équipements et à un certain abandon du site, DESHOULIERES JEANNEAU et SOGNO Architectes ont réhabilité le bâtiment et son environnement entre 2010 et 2015.

  • Euralille Nouv.

  • Discrets, Olivier Brenac et Xavier Gonzalez appartiennent à une génération d'architectes difficile à définir : ni formalistes, ni génériques, ni égotistes, ni adeptes d'une esthétique de l'ordinaire. Écartant toute pensée dogmatique, ils croisent leur ambition d'une architecture accueillante, inventive et durable, avec les problématiques et les réponses mises en oeuvre par l'art contemporain tels que le minimalisme, l'art conceptuel où l'idée est oeuvre ou encore le land art qui métamorphose la nature en scène de la création.
    La large place donnée au végétal, la relation du projet au paysage et à son contexte sont d'ailleurs caractéristiques de leurs bâtiments. De même, une mise en oeuvre inédite des matériaux façonne leur écriture contemporaine.
    Ni la forme, ni la technique ne s'y font impérieuses. Cette dernière, très travaillée, se dissout dans l'objet construit, laissant le premier rôle à la qualité des volumes, fragmentés de façon à les inonder de lumière, à hiérarchiser le programme, à cadrer des vues et à l'ancrer dans le site sans que sa masse ne s'y fasse trop pesante.
    La volonté de se couler dans le contexte gouverne autant la forme que la pensée qui guide son élaboration. Cette attention à ce qui, dans une conception architecturale formaliste, ne serait qu'extérieur au projet est au contraire la source de tous les projets de Brenac et Gonzalez. Leur sensibilité à ce qui est « l'autre » de l'acte architectural, son dehors - le site, l'habitant, la liberté de l'usage fonde leur démarche d'architectes : de la rencontre des perceptions, des intuitions, des conceptions de l'ensemble des acteurs d'un projet naîtra l'idée fondatrice du projet, objet à chaque fois singulier. « Une émotion advient qui ne te laisse pas tranquille ; comme un incipit, un mot va déclencher un tracé, l'idée d'un projet, offrir le petit bout de laine qui permet de démêler une pelote. C'est aussi un processus qui intègre de nombreux facteurs et acteurs, les architectes sont également des passeurs et les projets des trajectoires », précise Xavier Gonzalez.
    Cette position où l'architecte ne peut jamais être l'unique auteur et toutpuissant créateur du projet peut s'analyser à la lumière des parcours d'Olivier Brenac et Xavier Gonzalez.

  • Rêver la ville

    Sophie Trelcat

    De Paris à New York et à Rio, en passant par Pékin et Beyrouth, cette monographie dévoile les réalisations récentes et les projets en cours de l'architecte, mais aussi quelques « fictions » qui ne seront pas réalisées, comme le So Bella à Las Vegas qui en illustre la couverture. Seul lauréat français du Pritzker Architecture Prize, Christian de Portzamparc construit dans le monde entier des bâtiments singuliers, des lieux dédiés à la musique : Cidade da musica à Rio de Janeiro, New York City Opera... ; des « morceaux » de ville : des îlots ouverts sur l'east river à New-York, le quartier Masséna à Paris... ; des logements : Block 1 à Almere, Pays-Bas... ; des tours sculpturales : Tour Granite à la Défense, 400 Park Avenue à New-York... Chaque projet sélectionné raconte une histoire singulière, une aventure humaine relevant parfois de l'épopée. L'approche thématique choisie dans cette monographie s'appuie sur la présentation de projets récents majeurs et leurs connexions avec l'ensemble de l'oeuvre.

  • Située à la frontière de géographies et de temporalités différentes - la France et l'Allemagne, la ville ancienne inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco et la gare TGV ouvrant sur le Grand Est européen -, l'École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg vit désormais dans un édifice bicéphale. Face au "Garage", la construction de la "Fabrique" signe l'extension de l'école. Conçue par Marc Mimram, son architecture fragmentée, raisonnée et urbaine, sa faille intérieure et ses matériaux bruts font la part belle à l'ouverture sur la ville, véritable outil pédagogique pour l'architecte.

  • Archibooks souhaite mettre à disposition du public un ouvrage sur l'ancrage urbain de ce projet qui s'inspire de la relation entre la ville et ses docks. Sa morphologie, son expression et sa texture font écho aux bâtiments qui naviguent sur les océans.

    Archibooks a été choisi pour concevoir et éditer un ouvrage de référence sur le chantier et l'architecture de ce navire école.

    Un livre d'architecture illustré, associant textes critiques, entretiens et une riche iconographie.

  • La tour saint-gobain Nouv.

  • Deuxième tome de la monographie consacrée aux travaux de l'agence Valero Gadan Architectes & Associés, le livre complète le parcours de l'agence depuis 2017.
    Bernard Valero et Frédéric Gadan - accompagnés de leurs nouveaux associés Nathalie Diebold et Jérémy Boutet - participent à la réinvention de la métropole francilienne. Ils signent de nouveaux projets d'équipements publics de belle envergure comme les groupes scolaires Jean Renoir à Noisy-le-Sec et Simone Veil à Champigny-sur-Marne et s'attachent désormais à déployer un véritable savoir-faire dans la conception d'immeubles de grande hauteur. La livraison, en 2021, de l'opération Plug and Live à Vitry-sur-Seine confirme leur expertise dans la réalisation de projets ambitieux.

empty