• Dorlange est un village du centre de la France. Il est aussi le dernier bastion d'un âge révolu, celui d'avant la voiture et la télévision et où les travaux de la belle saison se font collectivement. Mais tout change depuis quelques années, avec le retour à la terre de nombreux citadins. La coexistence de ces néo-ruraux avec les agriculteurs d'origine n'est pas toujours facile. Un évènement met le feu aux poudres : l'obligation d'accueillir des réfugiés syriens dans le village.Antoine, reporter pour L'Écho du Temps, se fait le chroniqueur des luttes entre les deux partis. D'un côté, le maire et ses guerriers en charentaises et pulls tricotés maison, qui crient à la colonisation de leur territoire. De l'autre, les anciens urbains, bobobéats parfois, qui brandissent leur idéal de solidarité.Stéphane Fière nous offre un roman hilarant et corrosif sur une France divisée jusque dans ses campagnes.

  • Pressé par la misère dans sa province, le paysan Fu Zhanxin part à Shanghai pour y devenir manoeuvre. Il rejoint ainsi l'importante population des mingong, ces ouvriers migrants de l'intérieur qui forment depuis le milieu des années 1990 une population flottante, corvéable à merci, employée en masse sur les grands chantiers de construction, marginalisée socialement, culturellement, politiquement, administrativement. La Promesse de Shanghai raconte sans complaisance et avec beaucoup de réalisme la vie quotidienne de Fu Zhanxin : ses amours, ses appréhensions, ses joies, mais aussi les pièges, la brutalité, l'arbitraire et la cruauté inhérents à cette grande métropole où raison et morale ont disparu. Confronté à la noirceur de l'âme humaine, à l'arrivisme et à l'égoïsme généralisés à tous les niveaux des relations affectives et sociales, le naïf Fu Zhanxin perd peu à peu ses illusions et son innocence et ne trouve de soutien que parmi ses semblables, ces paysans déracinés dont la solidarité spontanée témoigne de l'humanité. La question sociale brûlante des mingong (une population estimée à plus de cent cinquante millions) est ici abordée pour la première fois en littérature. Composé dans un style oral très vivant, plein de distance et d'ironie, ce roman donne à voir les conditions de vie et de travail d'un groupe de ces laissés-pour-compte, exclus de la course au progrès, balayés par la croissance économique, broyés entre un passé impitoyable et un futur sans espoir. Au-delà, c'est la Chine contemporaine, si méconnue en France, qui est analysée avec finesse et réalisme, loin des clichés convenus.

  • « Peau de laid, Potelé, Beau de lait », essaie sans suc- cès le Vice-Ministre de l'Économie chinois. Qu'im- porte ! Il n'est nul besoin de connaître le français pour négocier un vignoble du bordelais. Et à quoi sert la morale quand on veut investir ?
    Camarade Wang est de visite en France, avec huit col- laborateurs et six jolies camarades de lit. Cru Bourgeois supérieur, hôtel de luxe, forêts d'auvergne, laboratoire génétique : tout est à vendre dans ce vaste discount center qu'est notre pays. Et si les Français sont suffi- sants, comme un prolétaire qui philosophe, leur cupidité naïve sera bientôt mise à profit par la délégation asia- tique.
    Jusqu'à ce qu'une nouvelle interprète, du village de Lyon, rejoigne la joyeuse équipe. Camarade Wang est tout sucre tout miel pour cette belle universitaire. Le désir ne connaît pas de frontières. Et leur idylle pour- rait durer. À nous faire froid dans le dos.

  • Monsieur M. Wu, 47 ans, célibataire sans enfant, est atteint d'une maladie incurable qui entre dans sa phase terminale. Rien que de malheureusement très banal. Sauf que, grâce à une invention absolument géniale - la pastèque carrée, qui se transporte et se stocke sans la moindre perte de place! - M. Wu est milliardaire et ne veut en aucun cas laisser sa fortune à l'État. Il lui faut donc prendre femme dans les meilleurs délais, et bien sûr, une femme qui l'aime pour ce qu'il est, et non pour sa fortune...
    Alternant vignettes de la vie quotidienne en Chine et pérégrinations de ses narrateurs - Jacques, interprète, débordé de travail, Renaud, journaliste. avatars de l'auteuroe - tandis que les J. O. se rapprochent dangereusement, Stéphane Fière nous offre un portrait saisissant de cette Chine pétrie de contradictions: traditions séculaires contre modernité échevelée. Le tableau est parfaitement réussi: on va du rire aux larmes, en passant par de grands moments de perplexité, d'admiration ou d'inquiétude. Une lecture qui «décoiffe».

  • Ailing a pu quitter la foule des ouvrières surexploitées grâce à sa beauté et à l'intelligence de son instinct de survie, elle a trouvé son marché : les hommes d'affaires français venus faire fortune à Shanghai et les expatriés au portefeuille bien garni ! Elle vit dans le luxe, est fascinée par l'argent et la consommation, mais gère sa vie comme une femme d'affaires avisée et fait fortune, jusqu'au jour où, engluée dans une dépression, elle décide de quitter Shanghai et les témoins de son ascension. Elle s'installe à Pékin et reprend ses activités à un niveau social plus élevé, mais dans le même vide intellectuel et affectif. Un jour cependant, un voisin très particulier s'installe en face de sa maison.
    Sous la forme d'un monologue interrompu par des conversations téléphoniques, des SMS et des mails, Ailing et ses amies nous révèlent une vision d'un cynisme rafraîchissant sur l'eldorado asiatique et sur les moeurs des hommes d'affaires et diplomates occidentaux.
    Inventif, plein d'ironie, le style de Stéphane Fière rend compte avec brio des alternances du coeur de son héroïne. Son récit tout à tour drôle et féroce nous emmène dans une Chine parfaitement vraisemblable, où se jouent les métamorphoses de nos sociétés mondialisées.

  • Double bonheur

    Stéphane Fière

    • Metailie
    • 20 Janvier 2011

    Les aventures d'un interprète à Shanghai " Pendant mes premières années au consulat de France de Shanghai, j'ai toujours été un interprète professionnel irréprochable, rigoureux, implacable, reconstituant tout à l'identique, la lettre comme son esprit, sans laisser jamais planer le moindre doute sur la qualité de mon travail.
    Interprète : une position privilégiée, un point de vue irremplaçable; rien ne peut, rien ne doit m'échapper mais de ma bouche s'évadent des mots qui ne sont jamais les miens et personne ne me voit, je suis partout et nulle part à la fois, invisible et malgré tout indispensable.
    J'ai fini par réaliser que je détenais un atout formidable : mes connaissances linguistiques me permettent de comprendre ce qui est inintelligible aux uns comme aux autres. Le vrai pouvoir est là : sans moi rien ne peut se faire, je suis au centre de tout. " Fort de ce constat et s'appuyant sur les incompréhensions qui jalonnent les rencontres entre Occidentaux et Chinois, le jeune François Lizeaux, ingénu et roublard, va se lancer dans des activités extrêmement lucratives et louches qui vont bientôt le dépasser et le placer au centre d'un tourbillon échevelé et cocasse. Ce faisant il découvre Shanghai, ses délégations diplomatiques et ses milieux d'affaires, et surtout il tombe amoureux de la belle An Lili.

    Fondé sur une longue expérience de la Chine, un roman ironique et grinçant écrit dans une langue savoureuse et cocasse.


    Après Sciences-po (1982) et des études de chinois et de sciences politiques à Harvard, une carrière professionnelle aux USA, Stéphane FIERE travaille à Shanghai depuis plusieurs années. Il vit dans le monde chinois depuis vingt ans, parle le mandarin et s'est toujours inséré dans les communautés chinoises (et non d'expatriés) et selon les modes de vie chinois, que ce soit à Taiwan, à Hong Kong, aux USA ou en Chine.
    Il est l'auteur de La Promesse de Shanghai (Ed. Bleu de Chine) et de Caprices de Chine (L'Aube).

empty