• Folksong : racines et branches de la musique folk anglo-americaine Nouv.

    Un panorama unique sur les liens entre histoire, peuple & musique à travers la chanson folk.

  • Les Rolling Stones & Nellcote : la véritable histoire d'une villa mythique Nouv.

    Pour le commun des mortels, la villa Nellcote est le lieu où les Rolling Stones enregistrèrent leur album Exile On Main Street. Cet enregistrement a été immortalisé par le photographe Dominique Tarlé, qui vécut six mois d'une vie de rêve à leurs côtés, et dont les photos, devenues introuvables, s'offrent un nouvel écrin grâce à ce livre. Benoît Jarry et Florence Viard se sont penchés sur la généalogie de ce bâtiment Belle Époque construit en 1905 dans la baie de Villefranche-sur-Mer et sur la cohorte bigarrée qui l'habita au fil des siècles :
    Milliardaires, diplomates, industriels réputés, survivants du Titanic, résistants et rockeurs. Par leur travail minutieux, ils nous invitent à un voyage sur la Côte d'Azur du début du XXe siècle et dans l'intimité d'un groupe de rock légendaire.

  • Au printemps 1967, la pop psychédélique de Pink Floyd quitte l'underground londonien. Porté par les innovations débridées de Syd Barrett, le Floyd barrettien semble promis à un grand destin. Pourtant, début 1968, juste après l'intégration de David Gilmour, Roger Waters, Rick Wright et Nick Mason laissent leur leader sur le bas-côté. Aussi vulnérable qu'ingérable, broyé par le LSD, rejetant les impératifs de son ascension au nom de son idéal artistique, Syd est viré de son propre groupe.
    Inscrit dans son acte de naissance, l'épisode hante la mémoire du quatuor alors qu'il rencontre le succès mondial. En partant du postulat que l'effondrement de Barrett formate Pink Floyd, ce livre analyse en détail les ressorts de leur relation et montre comment le destin tragique du premier a déterminé l'évolution artistique du second.

  • Un culte est un ensemble de pratiques d'hommage ou de vénération rendu par un groupe à une divinité, un être vivant mythique ou réel, un inanimé ou un phénomène à qui ce groupe reconnaît une dimension « de supériorité, d'excellence ou de sacré » et attribue des qualités remarquables ou exceptionnelles qui peuvent être considérées comme exemplaires.

    Pour Philippe Manoeuvre, c'est d'établir une nouvelle classification des géants connus et méconnus du rock, les 100 disques inoubliables que l'on emporterait sur une île déserte.
    Tout ceux dont l'oeuvre reste aujourd'hui, et toujours remarquable en cette période de vaches maigres rock.
    L'histoire racontée par ces 100 artistes rock est peut être la plus belle de toute. Elle va de Syd Barrett au Gun Club à Rodriguez et elle devient un monument à tous ces poètes maudits, génies azimutés, stratèges inconscients, guitar héros névrosés et autres bateleurs du binaire.

    Les disques cultes invitent à un éblouissant coup de projecteur sur l'histoire méconnue du rock.

    « Depuis plus d'un an, avec l'aide d'amis disquaires ou collectionneurs, j'ai établi une liste de cent disques essentiels. Je pratique certains de ces albums depuis les années 70. Je me suis permis de rassembler ces histoires dans un ouvrage qui me semble éclairer la saga des rockers d'une incandescence noire, fluorescente, parfois somptueuse, exceptionnellement réaliste.
    Bonne lecture, meilleure écoute ! » Philippe Manoeuvre.

  • Conçu en 1968 pour la télévision afin de promouvoir l'album Beggars Banquet, le Rolling Stones Rock and Roll Circus connaît un destin singulier. Les images tournées en studio alternent, sous le chapiteau dressé, musique rock et numéros de cirque dans une ambiance festive et chaotique. Avant Mick Jagger et ses comparses, des artistes pop, spécialement invités pour l'occasion, montent sur scène : John Lennon, Yoko Ono, Eric Clapton, Marianne Faithfull, les Who, Taj Mahal etc.
    Insatisfaits de leur propre prestation, les Stones renoncent néanmoins à toute diffusion. S'ensuit alors un black-out de vingt-huit ans. Quand le film de Michael Lindsay-Hogg paraît en 1996, il documente une époque à présent révolue. On y voit l'énergie créatrice et l'esprit communautaire prévaloir sur un show-business désormais standardisé.

  • Ce n'est pas un livre sur les groupes mais plutôt sur leur mort, sur celle du rock, de ses agonies comme de ses renaissances, de ses impostures comme de ses vérités. Il y est question de rues, d'envoûtements, de divorces et de retrouvailles. On y croise des fantômes, à moins que ce ne soit des fantasmes. Des anonymes aussi, de ceux et celles qui ont les oreilles abîmées et les pieds brûlés pour avoir trop dansé, et souvent trop cherché.

  • Créateur de L'Opéra de quat'sous, de « Alabama Song » et de Mahagonny, Kurt Weill (1900-1950) fait figure de compositeur populaire alors que des pans entiers de son oeuvre restent méconnus. Sous la République de Weimar, il adhère avec Bertolt Brecht aux avant-gardes musicales et théâtrales de l'entre-deux-guerres, cherchant à conjuguer art savant et culture populaire. Fuyant le nazisme, il accomplit la seconde moitié de sa carrière aux États-Unis et destine à la scène de Broadway l'essentiel de sa production. Partagé entre deux mondes, il défend pourtant dans ses écrits et entretiens, réalisés entre 1924 et 1950, la cohérence de sa démarche esthétique.
    Témoin privilégié de son temps, à la fois théoricien, journaliste et praticien des médias, Weill vit en direct les développements technologiques du monde moderne. Il commente les événements politiques, sportifs et culturels, et affiche son attachement à l'American way of life. En voulant transformer la fonction dramaturgique de la musique, attribuer au compositeur le rôle moteur au sein du processus de création de l'oeuvre théâtrale et simplifier le langage pour le rendre plus accessible, il vise à définir les contours d'un théâtre musical idéal.

  • Le Groupe des Six ? Voilà les musiciens qui ont occupé le devant de la scène artistique parisienne dans l'immédiat après-Première Guerre mondiale. Parrainés par Erik Satie et soutenus par Jean Cocteau, à la fois leur imprésario et leur éminence grise, les Six furent les porte-drapeaux de l'Esprit Nouveau qui soufflait alors sur Paris. Voix intermittentes du néoclassicisme hexagonal pour les uns, simples farceurs embobinant dans leurs canulars un public crédule et une critique complaisante pour les autres, ils ont marqué comme peu cette période d'effervescence, où tout semblait possible. Les Six, donc : Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre.

  • On parle beaucoup de la mondialisation de la culture par les Américains : Hollywood, le rock'n'roll, le rap, le fast-food, la langue tout court. Mais quelle surprise quand on se plonge dans les années 60, de voir l'Amérique subir de plein fouet une véritable invasion culturelle - musique, cinéma, télévision, art, mode, design, littérature... Il s'agit de la British Invasion, menée par des pionniers comme James Bond, les Kinks, Vivienne Westwood, Stanley Kubrick ou encore J.K.
    Rowling. Ce livre mène sur le rythme d'une conversation réunit les souvenirs et les goûts personnels de 2 anglophones vivant à Paris, mais qui ont vécu l'invasion britannique de chaque côté de l'Atlantique. Richement illustré, il contient 5 DVD choisis par Valli, l'Américaine, et Stephen, l'Anglais.

  • Montage d'entretiens avec les protagonistes du punk-rock américain, ce livre vivant, drôle, tragique, nous plonge dans la vie quotidienne du Velvet Underground, des Stooges, des New York Dolls, de Patti Smith ou encore des Ramones. Les acteurs relatent avec gouaille des anecdotes délirantes, on rit des frasques d'Iggy Pop ou de l'impayable Dee Dee Ramone. Les amitiés indéfectibles côtoient les antipathies et les amours explosives. Tous dévoilent leur mode de vie extrême, moins centré sur l'image que le punk anglais, refusant le peace and love des années 1960 et la culture de l'argent roi qui naît avec les années 1980. Mais l'innocence paradoxale verse un lourd tribut à ses excès (overdoses, prostitution) et manipule la dérision comme une arme de destruction massive.

  • C'est dans le cycle des quatuors que le génie de Beethoven s'est montré le plus visionnaire. Il y multiplie les innovations compositionnelles et stylistiques les plus radicales, ouvrant sur de nouveaux contenus expressifs avec un éventail sans précédent de sentiments et d'émotions. C'est là aussi que ce musicien-philosophe a mis toute la puissance et la subtilité de sa pensée, sachant se montrer aussi bien chaleureusement fraternel qu'âprement exigeant.
    Bernard Fournier invite le lecteur à l'ascension de cet « Himalaya musical » en adoptant un langage dépouillé de termes techniques inutiles. Dans un parcours en seize stations, quatuor par quatuor et suivant l'ordre chronologique de leur composition, il rend compte de l'esprit de chaque oeuvre, de l'inventivité de l'écriture et de la diversité expressive des mouvements comme des grandes sections. Il accompagne le lecteur auditeur dans les contrastes extrêmes de cette musique, ses sommets vertigineux et ses vastes points de vue, ses à-pics profonds, ses gouffres mystérieux, ses torrents puissants et de manière générale, dans sa beauté sublime et son âpre rudesse.

  • Depuis plusieurs années, ce sont les femmes qui dominent la pop, ce sont elles qui occupent les premières places des charts dans le monde entier, battent des records de ventes et de streaming, expérimentent et repoussent les frontières des genres. Au-delà de leur musique, leur engagement et leurs combats politiques changent aussi la donne dans nos sociétés modernes. Mais ces chanteuses actuelles sont les héritières de leurs aînées qui leur ont ouvert la voie.
    Cet ouvrage célèbre toutes ces femmes en racontant leur parcours et en quoi elles ont marqué leur époque.

  • Nico the end...

    Pierre Lemarchand

    • Densite
    • 28 Août 2020

    « Les compositions de Nico semblent des ritournelles, de ces airs éternels qui nous hantent, reconnus avant d'être connus. Leurs infinies répétitions et variations hantent notre esprit, leurs nuances brouillent les lignes entre rêves et souvenirs. "J'ai le sentiment que ma musique sonne préhistorique", avance Nico : en effet, n'entend-on pas, en celle-ci, la pulsation matricielle des vagues, la lente danse de la lune, le chant auroral des oiseaux, le soupir des glaciers qui se fendent, le labeur souterrain de l'écorce de la terre, l'essor tranquille des arbres, le souffle inlassable du vent, le règne absolu de la nuit ? » Le quatrième album de Nico, ex-superstar chez Warhol et brièvement associée au Velvet Underground, précède une longue pause, c'est la fin d'un cycle pour la chanteuse d'origine allemande, un hommage réitéré à son ami Jim Morrison des Doors. C'est à John Cale, multi-instrumentiste et virtuose, possesseur d'une solide formation classique, que revient la responsabilité de fixer sur la bande le cours ondoyant des chansons de Nico et c'est avec celles-ci que le gallois éprouve véritablement le travail d'arrangeur.

  • Le bebop, son éruption, son irruption fracassante dans les années 1940 à New York est le grand tournant de l'histoire du jazz. Il marque un point de rupture déterminant dans son histoire. Lassés des rengaines à la mode et des formes rigides des grands orchestres, plusieurs jeunes musiciens de jazz se réunissent after hours,après leurs concerts, et inventent une nouvelle musique. La révolution bebop est en marche, totale, à la fois harmonique, rythmique et mélodique; elle fait passer le jazz du dancing à la salle de concert. « Les années 1940, ce fut l'une des périodes les plus intenses du jazz tel que nous le connaissons, explique le trompettiste Dizzy Gillespie, l'une des figures majeures du bebop avec Charlie Parker. C'était formidable. Comme une lumière qui resplendit. Incroyable. Et Charlie Parker était probablement la cause de tout cela. Une époque toute de feu ».

    Une histoire du bebop est le récit précis, une étude détaillée, à la fois musicale, culturelle et politique de ce nouveau jazz qui a défrayé la chronique. Ce livre décrit le processus musical, présente ses figures majeures (Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Kenny Clarke, Charlie Christian, Thelonious Monk, Bud Powell...), et relate les moments forts de la guerre du jazz en France entre les « raisins aigres » et les « figues moisies », qui a opposé les traditionalistes (Hugues Panassié, les membres du Hot Club de France) aux modernistes (Boris Vian, André Hodeir, Charles Delaunay, Frank Ténot).

  • Mais qu'est-ce qu'une sonate de Scarlatti ? Un monde miniature. L'infiniment grand dans l'infiniment petit. Un télescope dans lequel on voit se mouvoir les planètes dans un univers en expansion. De la vie condensée et de la fantaisie cadenassée par les  mathématiques.Des "comprimés de bonheur" comme écrivait Giono... Et beaucoup d'autres choses que l'on va découvrir dans cet ouvrage.

  • Depuis 1669, les scènes et les ateliers de l'Opéra de Paris ont vu évoluer artistes et créateurs de premier ordre. Compositeur et chorégraphes, danseurs, chanteurs et musiciens, peintres, décorateurs, costumiers, régisseurs, directeurs et administrateurs marquèrent l'histoire de l'institution et, par delà, celle du genre. Réunissant les contributions de cinquante chercheurs de renom, cette encyclopédie propose de pousser les multiples portes de l'Opéra de Paris, qui dispose depuis 1889 de deux théâtres : le Palais Ganrier et l'Opéra Bastille.

  • Le génie des modernes ; la musique au défi du XXI siècle Nouv.

    Le génie des Modernes est une réflexion de fond sur le devenir de la musique classique dans les sociétés occidentales, notamment européenne. Partant du constat du dépérissement de cet univers (public vieillissant mal renouvelé, image élitiste persistante malgré les efforts des acteurs concernés, éducation à la pratique amateur ou professionnalisante de plus en plus ténue, survie sous perfusion - subventions -), il tente d'en établir les causes en questionnant notamment le rapport de l'homme au sacré (l'art fut-il et est-il encore sacré ? et l'artiste ? ), à la culture savante et populaire.
    Ne se posant jamais en censeur ou en défaitiste, mais en prenant un recul pour observer la crise actuelle du monde musical classique (y compris celle due au Covid-19) à l'aune des siècles et de l'Histoire.

  • En 1962, âgé de quinze ans, Geo Emerick décroche le job de ses rêves : il devient assistant ingénieur du son aux Studios d'Abbey Road. Dès sa deuxième journée il assiste à la toute première séance d'enregistrement des Beatles. À 19 ans il devient ingénieur du son en titre et se charge de l'enregistrement de leur album Revolver . Dans cet ouvrage il relate ses expériences d'ingénieur du son et nous fait visiter l'envers du décor des innovations musicales et des expérimentations sonores d'où résultèrent les meilleurs disques du groupe.

  • Ce livre célèbre la légende de la guitare électrique à travers le portrait des musiciens qui ont contribué à construire son histoire. Depuis Les Paul jusqu'à Ben Harper en passant par B.B. King, Eric Clapton, Keith Richards, Franck Zappa, Prince, Eddie Van Halen et bien sûr le sulfureux Jimi Hendrix, retrouvez tous les génies de la guitare rock dans cet ouvrage richement illustré.

  • Le génie de Beethoven a fécondé des esprits créateurs, dès la génération que l'a suivi, jusqu'aujourd'hui. Les transcriptions et les oeuvres originales qu'il a inspirées seront au programme de la Folle Journée de Nantes.
    Plus que bien d'autres compositeurs, Beethoven a fait l'objet, après sa mort, d'un culte, qui s'attachait autant à son oeuvre qu'à sa personne.
    À l'occasion du 250e anniversaire de sa naissance, l'empreinte qu'il a laissée est étudiée ici par trois auteurs. Élisabeth Brisson, en déroulant son parcours de vie, expose aussi les enjeux qui ont mobilisé, dès son dernier soupir, bien des volontaires pour écrire sa biographie, et les tentatives de récupération (affectives, esthétiques, nationalistes, idéologiques) auxquelles cette rédaction a donné lieu .
    Bernard Fournier expose la force d'innovation que Beethoven a introduite à son époque, en faisant subir un effet de souffle aux genres existants (sonate, symphonie, quatuor) pour les porter à un apogée.
    François-Gildas Tual développe comment, dès le vivant de leur auteur, ses oeuvres ont connu l'hommage de la transcription, qui permettait une diffusion large. Il aborde enfin les oeuvres de compositeurs qui, jusqu'aujourd'hui, se réfèrent à Beethoven ; dans la forme, dans le titre ou dans l'utilisation du matériau musical, leurs oeuvres constituent un hommage - une sorte de prolongation du Monument Beethoven édifié à Bonn grâce à une souscription internationale.

  • Tous les chanteurs d'aujourd'hui, réunis dans un album bourré d'humour !
    Ils sont les stars de la chanson actuelle : Jenifer, Christophe Maé, Kendji Girac, Marc Lavoine, M. Pokora, Zazie, Camilia Jordana, Shy'm, Eddie de Preto, David Guetta, Orelsan, Booba, Gims, Bigflo et Oli, Benjamin Biolay, Clara Luciani, Philippe Katherine, Angèle, Shy'm... et tant d'autres !
    Cet album met en scène ces cinquante artistes ou groupes qui ont émergé depuis les années 90, portraiturés par l'humoriste et journaliste Albert Algoud et réunis par grandes familles : « Sacrés Enfoirés », « Les coachs de The Voice », « Les caïds de la street music », « La nouvelle scène française », « Groupes et groupies »...
    Observateur sagace, caricaturiste mordant mais exempt de méchanceté, le dessinateur Gervais Loock a compris qu'un chanteur est aussi et surtout une gueule. Il s'en donne aussi à coeur joie.

  • La musique de chambre impose à ses partenaires complicité et humilité, partage et concessions. Le quatuor à cordes en est sans doute la forme la plus aboutie et la plus équilibrée, sorte d'idéal intellectuel, esthétique et spirituel tant pour le compositeur que pour les interprètes et le public.

    Un grand quatuor doit-il chercher la fusion de ses voix à tout prix afin de ressembler à un instrument à seize cordes, ou bien chacun de ses pupitres doit-il conserver une certaine identité ? C'est toute la question, à laquelle chacun des cent vingt ensembles dont la carrière est retracée dans ce livre apporte une réponse singulière.

    Pour chaque quatuor sont ainsi détaillés l'histoire de sa formation, son style, sa place dans la tradition et son influence sur les générations suivantes, tout comme sa discographie ainsi que les instruments joués. Un disque de six heures de musique accompagne l'ouvrage, donnant à entendre une cinquantaine de quatuors dans une oeuvre particulièrement représentative de leur art.

  • Cette histoire de la musique est un récit chronologique, une histoire qui se raconte à partir des grandes périodes historiques, repères partagés par tous, au-delà de l'histoire de l'art, mais aussi une mise en contexte de la musique, des pratiques musicales, de la sociologie de la musique, au regard des événements, dans le cours de l'histoire, mais encore un point de vue à partir d'oeuvres de référence, connues ou peu connues. Chaque oeuvre, chaque composition est prise et entendue comme un document, une expérience de son temps, comme un symbole, et la marque d'une époque.
    Mais enfin, c'est un récit qui veut donner des clés sur le contexte des oeuvres, ouvrir d'autres horizons, tisser des liens avec le présent, entre temps de l'événement et le temps long.

    Pourquoi écrire une nouvelle histoire de la musique occidentale ?

    Les réponses se trouvent parfois là où se trouvent les auteurs. Élisabeth Brisson est historienne, rompue à l'exercice de l'analyse de documents et de la contextualisation. Jérôme Thiébaux est pédagogue et médiateur de la musique, habitué à la question de la transmission. Les points de vue se mêlent avec un point commun, moteur de l'écriture et de la recherche entre les deux auteurs : celui de donner à lire l'histoire de la musique occidentale pour tenter d'entendre autrement ; découvrir les environnements de la musique ; les relations des compositrices et compositeurs avec la société et les événements marquants de notre histoire européenne. Le fil conducteur de cette entreprise est cependant toujours le même : partager l'histoire pour mieux se plonger soi-même dans l'écoute et la découverte de notre patrimoine.

  • Raconter l'histoire du blues peut sembler aussi facile que d'en jouer : il suffirait d'en répéter les accords, les thèmes et les lieux communs, comme chaque génération peut le faire depuis au moins 80 ans. Mais dans chaque génération, il y a aussi des musiciens qui cherchent a? innover, a? dévier, a? creuser, a? croiser et plus généralement a? exprimer leur personnalité? et leur propre voie plutôt qu'a? imiter.
    Ils sont les forces vives du blues, Blues Power ! C'est en suivant leur contre-exemple que Stéphane Deschamps s'attache a? raconter le blues autrement, avec humour et gourmandise. Des ancêtres africains du blues à leurs héritiers délurés, de Charley Patton à Jack White, l'auteur creuse et élargit l'histoire de cette musique, mère de toutes les musiques modernes. A? travers des histoires, des anecdotes, des légendes, des analyses, des digressions, une discographie/bibliographie/filmographie commentée, de nombreuses interviews inédites et des souvenirs de reportages qu'il a réalisé, il donne corps a? cette histoire toujours vivante, live, du blues.

empty