REVUE 303 n.115 ; Jacques Demy

À propos

Il y a deux raisons au moins pour revenir (« encore une fois ! » entendra-t- on) sur l'oeuvre de Jacques Demy à l'occasion de ce numéro de la revue 303. La première, simple et sincère, repose sur l'envie de nous joindre à l'hommage qui accompagne le vingtième anniversaire de sa disparition. La seconde vient contrarier un avis répandu qui s'étonnerait au premier coup d'oeil de la rareté des études consacrées à son oeuvre : trois ouvrages, deux revues, des analyses critiques éparpillées, des travaux universitaires mal connus.
Alors qu'Éric Rohmer et Claude Chabrol, deux autres de la Vague, ont récemment quitté la scène, la voie tracée par Jacques Demy dans notre cinématographie déstabilise par son étrange originalité. D'abord à la périphérie d'une génération (Godard, Truffaut, Rivette, Varda, Rozier, Resnais, Marker, Pollet.) qui allait comme aucune autre bouleverser les repères d'une carte figée, son oeuvre suscite par la suite une négligence polie, d'ordinaire réservée à la veine prodigue d'un cinéma populaire des plus ordinaires. Ce numéro tente humblement de saisir quelques traits de cet imaginaire, à ses sources biographiques et cinéphiliques d'abord, aux points d'origine constitués par ses tout premiers films ensuite.



Sommaire

La mélancolie ophulsienne de Jacques Demy.
Jérôme Baron, enseignant en cinéma, directeur artistique du Festival des Continents.

Sur les traces de Lola et d'Une chambre en ville dans le Nantes d'aujourd'hui.
Jean-Pierre Berthomé, historien et professeur de cinéma, Unversité de Rennes II.

Les chansons du Demy-monde.
Charlotte Garson, critique aux Cahiers du Cinéma et à la revue Études.

Poétique et sources de l'imaginaire de Jacques Demy.
Dominique Rabourdin, cinéaste, critique et enseignant.

Sur les premiers films de Jacques Demy.
Eric Thouvenel, maître de conférence à l'Université de Rennes II.

Pas le même vieux numéro.
Texte de Jonathan Rosenbaum, critique et écrivain de cinéma américain, publié le 27 novembre 1998 dans le Chicago Reader sur Les Demoiselles de Rochefort - traduction de Charlotte Garson.

Des chansons au diapason du quotidien Texte de Jonathan Rosenbaum, critique et écrivain de cinéma américain, publié le 17 mai.
1996 dans le Chicago Reader sur Les Parapluies de Cherbourg - traduction de Charlotte Garson.

Abécédaire, l'oeuvre par le détail.
Jérôme Baron, Charlotte Garson et Suzanne Hême de Lacotte, docteur en cinéma, Université de la Sorbonne-Paris I.

Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Cinéma / TV / Animation

  • EAN

    3357321101006

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    96 Pages

  • Longueur

    30 cm

  • Largeur

    22.5 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    510 g

  • Distributeur

    Editions 303

  • Support principal

    Revue

Infos supplémentaires : Broché  

empty