Oeuvres t.2 ; la cité de Dieu

Les mots clés

Patrimoine numérisé

Oeuvres t.2 ; la cité de Dieu

À propos

En août 410, Rome est pillée par Alaric. «L'univers s'écroule», écrit saint Jérôme. Le choc suscitera longtemps rancoeurs et polémiques : quelle protection avaient assurée à Rome les tombeaux des apôtres Pierre et Paul, et les reliques de tant de martyrs ? Pour l'évêque d'Hippone, Augustin, la question n'est pas là. Dans son esprit se dessine une fresque où le désastre de 410 serait ramené à sa juste dimension - un événement parmi d'autres dans une histoire en train de se faire. Il publie en 413 les dix premiers livres de La Cité de Dieu, sans savoir que l'élaboration de l'ensemble - vingt-deux livres - lui prendrait treize années. La Cité de Dieu n'a donc rien d'un ouvrage de circonstance. Les livres I à X sont une entreprise de liquidation du paganisme religieux et culturel ; Augustin y réfute les thèses des païens, pour qui tout le bien procédait de l'observance des cultes anciens, et tout le mal de leur abandon. Viennent ensuite douze autres livres, qui définissent la nature des deux cités telles qu'elles vont selon l'éternelle sagesse de Dieu : «Deux amours ont bâti deux cités : celle de la terre par l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu, celle du ciel par l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi». Dans Les Confessions, c'était au plus intime de chacun que se menait la lutte pour la primauté de l'amour de Dieu ou de l'amour de soi. La Cité de Dieu est, en quelque sorte, Les Confessions à l'échelle du monde.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Œuvres classiques

  • EAN

    9782070106943

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    1 344 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    4 cm

  • Poids

    532 g

  • Distributeur

    Sodis

Infos supplémentaires : Luxe   Relié  

Saint Augustin

Saint Augustin (354-430). Après une jeunesse mouvementée, il se convertit selon un processus qu'il a raconté dans ses Confessions. Il est baptisé en 387 et devient moine. Quelques années plus tard, il est ordonné prêtre, puis évêque (à partir de 395) et il consacrera sa vie à son diocèse d'Hippone (Afrique du Nord, ville d'Annaba dans l'actuelle Algérie). Prêchant et écrivant quotidiennement, il a laissé une oeuvre considérable et est devenu l'un des plus importants Pères de l'Église.

empty