Au coeur des sociétés ; raison utilitaire et raison culturelle

Au coeur des sociétés ; raison utilitaire et raison culturelle

Résumé

Les cultures humaines se sont-elles constituées en se fondant sur les activités pratiques et sur l'intérêt utilitaire ? l'auteur critique cette thèse et défend l'interprétation symbolique de la culture contre les utilitarismes de toutes sortes. Il propose ainsi une conclusion nouvelle au débat séculaire du matérialisme et de l'idéalisme. Quand il s'agit d'analyser les sociétés dites primitives, le matérialisme historique a ses limites. aussi marxisme et structuralisme sont-ils destinés à rester deux perspectives théoriques distinctes. Les questions qui divisent marxisme et théorie culturelle ont leurs analogues dans l'histoire de la pensée anthropologique, et l'auteur nous invite à les déceler chez morgan, bons, malinowski, durkheim, radcliffe-brown et d'autres. Dans cette controverse entre raison pratique et raison culturelle, la conception matérialiste de l'histoire est en procès. la découverte de la culture fait apparaître que, si le matérialisme historique est la conscience de la société occidentale, il l'est dans les termes et dans les limites de cette société. sahlins, examinant tels aspects de l'alimentation ou de la mode, avance que la production elle-même n'est pas une logique pratique d'efficacité matérielle, mais une intention culturelle. La rationalité matérielle se fonde sur des relations signifiantes entre personnes et objets.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

  • EAN 9782070288021
  • Disponibilité Manque sans date
  • Longueur 23 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 350 g
  • Distributeur Sodis

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Sociologie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la sociologie

Marshall Sahlins

Considéré comme l’un des plus éminents anthropologues américains contemporains, Marshall Sahlins est né en 1930. Professeur émérite de d’anthropologie et de sciences sociale au département d’anthropologie de l’université de Chicago, il a pris sa retraite en 1997, tout en poursuivant ses recherches.

empty