Ritournelle de la faim

Ritournelle de la faim

Résumé

" Ma mère, quand elle m'a raconté la première du Boléro, a dit son émotion, les cris, les bravos et les sifflets, le tumulte. Dans la même salle, quelque part, se trouvait un jeune homme qu'elle n'a jamais rencontré, Claude Lévi-Strauss. Comme lui, longtemps après, ma mère m'a confié que cette musique avait changé sa vie. Maintenant, je comprends pourquoi. Je sais ce que signifiait pour sa génération cette phrase répétée, serinée, imposée par le rythme et le crescendo. Le Boléro n'est pas une pièce musicale comme les autres. Il est une prophétie. Il raconte l'histoire d'une colère, d'une faim. Quand il s'achève dans la violence, le silence qui s'ensuit est terrible pour les survivants étourdis. J'ai écrit cette histoire en mémoire d'une jeune fille qui fut malgré elle une héroïne à vingt ans ".

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

  • EAN 9782070417018
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 205 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 138 g
  • Distributeur Sodis

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Jean-Marie Gustave Le Clézio

Né à Nice le 13 avril 1940 d'un père anglais et d'une mère bretonne, Jean-Marie Gustave Le Clézio partage ses études littéraires entre la côte niçoise et les rivages de l'Angleterre. C'est en 1963, alors qu'il n'a que 23 ans, que Le Clézio se voit remettre le prix Renaudot pour son premier roman Le Procès-Verbal. Cette reconnaissance lui vaut une renommée littéraire nationale et signe définitivement son succès. Par la suite, il publiera plus de 30 livres, multipliant les recherches d'écriture : romans, nouvelles, essais, deux traductions de mythologie indienne, ainsi que d'innombrables préfaces et articles, toutes ces oeuvres traduisant un profond malaise face au monde moderne. En 1980, Le Clézio fut le premier à recevoir le prix Paul Morand, pour la totalité de son oeuvre, notamment Désert (1980). Plus tard, en 1994, il fut élu le plus grand écrivain vivant de la langue française. J.M.G. Le Clézio a déjà collaboré avec Bruno Barbey à l'ouvrage Gens des nuages (éditions Stock, 1997), livre sur la vallée de la Saguia el Hamra, Rivière Rouge, région du Maroc d'où vient la famille de Jemia, sa femme.

empty