Le sauvage et l'artifice - les japonais devant la nature Le sauvage et l'artifice - les japonais devant la nature
Le sauvage et l'artifice - les japonais devant la nature Le sauvage et l'artifice - les japonais devant la nature

Le sauvage et l'artifice - les japonais devant la nature

À propos

Le sauvage et l'artifice : la société japonaise a devant la nature un comportement contrasté. D'un côté elle tend à l'ignorer, qu'elle la laisse en l'état ou bien qu'elle la saccage ; de l'autre elle en fait sa valeur suprême et l'aboutissement de sa culture. Comment ces deux extrêmes apparents peuvent-ils s'allier au sein d'un même milieu ? Cette ambivalence du milieu, ou fûdo, renvoie à une logique d'ensemble qui mène l'auteur, géographe d'origine, au coeur de la société japonaise, dont il est un des meilleurs connaisseurs français. Ce qu'une société voit dans la nature est toujours fonction de sa propre nature. Le regard sensible et savant que pose Augustin Berque sur la manière plus sensible encore et plus naturellement savante qu'ont les Japonais de regarder leurs monts et leurs eaux, leurs herbes et leurs bois aux quatre saisons de l'année nous en apprend long sur eux, et sur nous.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences humaines & sociales

  • EAN

    9782070706778

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    314 Pages

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    380 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Augustin Berque

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Augustin Berque est un géographe, orientaliste, et philosophe français. Directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) jusqu'à sa retraite en 2011. Docteur honoris causa de l'Université Laval, il remporta pour ses travaux de nombreuses distinctions. Il fut notamment le premier occidental à recevoir, en 2009, le Grand Prix de Fukuoka pour les cultures d'Asie. Ses travaux portent sur ce qu'il nomme l'écoumène, qu'il définit comme la relation onto- géographique de l'humanité à l'étendue terrestre, et refonde une mésologie pouvant être rattachée à une phénoménologie herméneutique.

empty