À propos

Pour un Grec de l'Antiquité, qu'est-ce qu'être soi-même ? La Grèce des cités a largement ouvert la voie au développement de l'individu dans la vie sociale ; pourtant l'être humain n'y apparaît pas encore comme une personne, au sens moderne, une conscience de soi dont le secret reste inaccessible à tout autre que le sujet lui-même. La religion civique n'a pas non plus doté chaque individu d'une âme immortelle qui prolongerait son identité dans l'au-delà.
C'est que dans une société de face à face, une culture de la honte et de l'honneur, l'existence de chacun est sans cesse placée sous le regard d'autrui. Pour se connaître il faut contempler son image reflétée dans l'oeil de son vis-à-vis.
Parmi les formes diverses que l'autre a revêtues aux yeux des Grecs, il en est trois qu'en raison de leur position extrême dans le champ de l'altérité J.-P. Vernant a retenues pour focaliser sur elles son enquête : la figure des dieux, le masque de la mort, le visage de l'être aimé. Ces trois types d'affrontement à l'autre servent comme de révélateurs pour dégager les traits de l'identité telle que les Grecs l'ont conçue et assumée.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie antique > Philosophie antique autre


  • Auteur(s)

    Jean-Pierre Vernant

  • Éditeur

    Gallimard

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    03/03/1989

  • Collection

    Bibliotheque Des Histoires

  • EAN

    9782070715039

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    22.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    326 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Pierre Vernant

Jean-Pierre Vernant, décédé en 2007, était professeur honoraire au Collège de France, spécialiste de la Grèce antique et fondateur du centre Louis-Gernet qu'il a dirigé jusqu'en 1984. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont L'univers, les dieux, les hommes et La traversée des frontières (Seuil).

empty