Octobre ; sketches et choeurs parlés pour le groupe octobre (1932-1936)

Octobre ; sketches et choeurs parlés pour le groupe octobre (1932-1936)

Résumé

"c'est le moment de faire son théâtre soi-même !" écrit prévert en 1931. la joyeuse équipe de la rue du château a quitté domicile ; le compagnonnage surréaliste a vécu ses plus riches heures. face à la crise et à la misère du prolétariat, contre la corruption des élites et la montée des nationalismes, le temps est à l'action militante. et c'est sur la scène, au plus près des mouvements prolétaires et de ceux qui les soutiennent, que prévert donne alors le meilleur de lui-même, avant que le cinéma ne l'occupe plus encore. les cinq années qui précèdent l'avènement du front populaire seront, pour prévert et ses amis, celles du théâtre révolutionnaire, où la bouffonnerie est politique et la farce, féroce dénonciation. antimilitarisme, anticléricalisme, antiparlementarisme, antifascisme... le ton est plus que radical. mais l'imagination a sa place et souvent, à la manière poétique de prévert, la "vie des rêves fait irruption ". le groupe octobre est l'une de ces troupes de théâtre amateur fédérées par le parti communiste, constituées dans le prolongement de l'agit-prop soviétique. le groupe de prévert, par la force de ses textes et la créativité débridée qui le caractérisent, devient vite le plus en vue du mouvement. son originalité le conduit même jusqu'à moscou, au printemps 1933, où la troupe jouera devant staline - malgré les trotskistes de la bande ! - quelques pièces de son répertoire. répertoire que prévert, bien plus tard, reprendra partiellement dans ses recueils poétiques, à l'image de la bataille de fontenoy ou de la pêche à la baleine. ce recueil rassemble les textes de prévert écrits pour octobre : sketches et saynètes, choeurs parlés et chansons ; la plupart sont rares ou inédits. l'actualité des temps troublés qui les virent naître y est partout présente. c'est, au-delà du guignol et de l'épaisseur du trait, prévert et son époque qui s'y trouvent réunis, à grand bruit. comme écrira antonin artaud à propos d'octobre, qu'il admirait beaucoup, "l'humour de jacques prévert signale que la vie de l'époque est malade".

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782070784240
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 538 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 3 cm
  • Poids 642 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Poésie

Jacques Prévert

1900-1977 « Des mois avant / En plein printemps / Il y a eu / Un feu d'artifice entre mes parents ».ÿAinsi Prévert commente-t-il sa conception ... Il est né avec le vingtième siècle dans un milieu petit-bourgeois qu'il tournera en dérision. Avec son frère Pierre, qui deviendra cinéaste, il formera, par contre, un tendre et complice tandem.ÿIncorporé en 1920, il fait la connaissance du peintre Yves Tanguy et de Marcel Duhamel. A Paris, deux ans plus tard, il s'installe rue du Château et c'est la rencontre des surréalistes Desnos, Aragon, Leiris, Artaud mais certains conflits avec A. Breton entraîneront une rupture.ÿPrévert devient de 1932 à 1936 l'auteur-animateur du groupe Octobre pour jouer dans les usines. Il écrit des pièces « en quelques heures », dictées par les événements, dénonçant l'industriel Citroën ou le préfet de police.ÿ« Un jour le cinéma se mit à parler Prévert », a dit un critique. En 1936, Jenny, le premier film avec Marcel Carné inaugure une carrière de scénariste marquée par des chefs-d'œuvre comme Drôle de drame (1937), Quai des brumes (1938), Les visiteurs du soir (1942), Les enfants du paradis (1945). Prévert sera l'auteur de plus de 40 scénarios pour Marcel Carné.ÿIl se décide à publier ses poèmes en 1946 dans Paroles. Il y dénonce la bêtise, l'injustice, la cruauté, la guerre mais sait aussi raconter les plaisirs simples et l'amour. Joseph Kosma met en musique certains textes qui deviennent des succès fredonnés par tous comme Les feuilles mortes, Les enfants qui s'aiment, que chantent Yves Montand, les Frères Jacques, Germaine Montero, Catherine Sauvage.ÿDans Fatras, le poète écrivait: "Bien sûr, des fois, j'ai pensé mettre fin à mes jours, mais je ne savais jamais par lequel commencer." Le 11 avril 1977, la mort a choisi pour lui.ÿIronique et hostile à toutes les formes d'oppression sociale, sa poésie reste toujours légère, burlesque et tendre. Fidèle à la tradition anarchisante du début du siècle, Prévert s'est montré violemment anticlérical:ÿÿNotre Père qui êtes aux cieux Restez-y Et nous nous resterons sur la terre Qui est quelque fois si jolie (Paroles,1946)

empty