Les poètes du Nord

Les poètes du Nord

Résumé

Le 29 mars 1894, deux ans avant sa mort, Verlaine donnait au café Le Procope à Paris une conférence intitulée Les poètes du Nord. Il y évoquait quelques « nordistes » de renom comme Marceline Desbordes-Valmore et Sainte-Beuve, annonçait la naissance d'un mouvement de contestation de la centralisation parisienne et incitait le public à redécouvrir les oeuvres et traditions culturelles des provinces et régions françaises. Longtemps considérée comme perdue, cette huitième et dernière conférence du poète a été retrouvée en même temps que deux lettres inédites de Verlaine y afférent. Afin de rendre au lecteur un peu de l'atmosphère de cette soirée d'exception, les poèmes et chansons proposés au cours de cette conférence sont donnés en annexe, ainsi que le témoignage d'un participant. Un cahier iconographique complète ce bel ensemble.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

  • EAN 9782072837531
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 92 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 158 g
  • Distributeur Sodis

Rayon(s) : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

Paul Verlaine

1844-1896 La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.ÿEn 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.ÿVerlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

Illustré
Broché
empty