La vie heureuse : Sagesses anciennes et spiritualité laïque

À propos

Des scientifiques nous promettent que la «révolution de la longévité» est pour demain, que nous pourrons vivre cent cinquante ans, voire davantage, en bonne santé physique et psychique. Ce livre fait le point sur ces recherches, sépare science et fantasmes, et pose la question de fond : à quoi bon vivre aussi longtemps ? Allonger la vie pourrait offrir à l'humanité l'occasion de devenir enfin moins bornée, moins violente et, pourquoi pas, plus sage qu'elle ne le fut au XX? siècle. L'humanisme de l'altérité et de l'amour invente de nouveaux rapports au sacré et offre des valeurs qui dépassent l'individualisme narcissique. La question de la transcendance est cruciale, car celle-ci ne viendrait plus d'en haut mais de l'expérience vécue. Le souci de soi et l'intérêt pour l'allongement de la vie ne prennent alors de sens que par rapport à autrui : il doit être possible, dans notre modeste sphère d'action, de laisser à ceux que nous aimons ou pourrions aimer un monde meilleur que celui que nous avons connu. L.F.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie contemporaine


  • Auteur(s)

    Luc Ferry

  • Éditeur

    J'Ai Lu

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    13/09/2023

  • Collection

    Document

  • EAN

    9782290382349

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    352 Pages

  • Longueur

    11 cm

  • Largeur

    17.8 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    188 g

  • Support principal

    Grand format

Luc Ferry

Agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d'Etat en sciences politiques, Luc Ferry mène d'abord une carrière d'enseignant et de philosophe. Entre 1984 et 1985, il publie les trois tomes de sa 'Philosophie politique', dont il écrit le dernier avec Alain Renaut. Cette collaboration se poursuit notamment avec, 'La pensée 68 - Essai sur l'antihumanisme' et 'Système et critique' en 1985, et avec 'Heidegger et les modernes', en 1988. En 1992 paraît 'Le nouvel ordre écologique - l'arbre, l'animal et l'homme', traduit en plus de quinze langues, qui lui vaut le prix Médicis essais ainsi que le prix Jean-Jacques Rousseau. Intellectuel très médiatisé, il mène en parallèle une carrière politique discrète avant d'entrer au gouvernement en mai 2002, à cinquante et un ans, en tant que ministre de la Jeunesse, de l'Education et de la Recherche. Il préside en effet depuis 1994 le Conseil national des programmes et participe en 1997 à la commission présidée par Pierre Truche pour la réforme de la justice. Après la refonte ministérielle de mars 2004, lors de laquelle il quitte ses fonctions, il est nommé président délégué du conseil d'analyse de la société (CAS) et entre au Conseil économique et social.

Découvrez un extrait PDF
empty