Carnet du trimard (Préface Jennifer Lesieur)

Traduit de l'ANGLAIS (ETATS-UNIS) par JACQUES TOURNIER

À propos

Au cours de ses recherches aux Etats-Unis dans le cadre de l'écriture de la biographie de Jack London (prix Goncourt de la biographie en 2008), Jennifer Lesieur fait la découverte d'un véritable texte inédit de l'auteur américain le plus lu en France, qui contient en creux toute son oeuvre en devenir.

Nous sommes en 1894, Jack London a 18 ans. Le 6 avril de cette même année, il rejoint le détachement de San Francisco de « l'armée de Kelly », une longue marche de protestation constituée de cent mille chômeurs qui marchent sur Washington, pour contraindre le président à financer un vaste programme de travaux publics. À pied, à bord de radeaux de fortune ou de trains, ils traversent l'Amérique. Pendant cette aventure, le jeune débrouillard vagabonde, apprend et découvre. Composé comme le journal d'un chemineau, dans un argot novateur et savoureux, ce texte, considéré comme le premier écrit attesté de Jack London est une radiographie des États-Unis en pleine crise économique et contient en germe la découverte du socialisme.


Rayons : Littérature > Récit


  • Auteur(s)

    Jack London

  • Traducteur

    JACQUES TOURNIER

  • Éditeur

    LIBRETTO

  • Distributeur

    SODIS

  • Date de parution

    02/11/2023

  • Collection

    Essais Documents

  • EAN

    9782369148197

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Longueur

    18.2 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    0.8 cm

  • Poids

    106 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Jack London

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

Découvrez un extrait PDF
empty