Carnet de guerre ; un tombeau pour Louis Pergaud

Carnet de guerre ; un tombeau pour Louis Pergaud

,

Résumé

Louis Pergaud a 32 ans lors de la mobilisation générale du 2 août 1914. Il a déjà publié au Mercure de France De Goupil à Margot (prix Goncourt en 1910), La Guerre des boutons (1912) et Le roman de Miraut (1913). Il part à Verdun le 3 août 1914. Dans la nuit du 7 au 8 avril 1915, lors de l'attaque de la cote 233 de Marchéville, il disparaît dans la boue de la Meuse. En recevant la cantine militaire de son mari, sa femme Delphine trouva à l'intérieur le Carnet de guerre. Pergaud y rend compte de sa vie quotidienne: les corvées, les revues, la solidarité, les mesquineries de la vie en commun, la bonne santé et la crainte des maladies, la qualité du sommeil, la nourriture... Les phrases sont interrompues, heurtées, dictées par une urgence, comme hachées par l'éclat des obus ou les rafales de mitrailleuses. Enfin disponible dans son intégralité, ce Carnet éclaire la guerre d'une lumière brute et factuelle.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782715232266
  • Disponibilité Indisponible
  • Nombre de pages 160 Pages
  • Longueur 16 cm
  • Largeur 10 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 110 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Louis Pergaud

Il naît à Belmont le 22 janvier 1882. Bon élève, Pergaud devient instituteur, puis préfère se consacrer à la poésie. Il s'essaye ensuite au récit animalier plein d'humour et de fraîcheur avec De Goupil à Margot et obtient le prix Goncourt en 1910. Deux ans plus tard, il écrit La Guerre des boutons qui sera adapté plusieurs fois au cinéma – on retient surtout le film d'Yves Robert, sorti en 1961. Malheureusement, Louis Pergaud meurt au combat, le 8 avril 1915.

Jean-Pierre Ferrini

Jean-Pierre Ferrini est né le 23 mai 1963 à Besançon. En 2003, il publie aux édi- tions Hermann son premier livre, Dante et Beckett. Dans le même temps paraît chez Monologue éditeur un recueil de poésie, ... ses difficultés infinies. Avec Bonjour monsieur Courbet (Gallimard, 2007) et Le pays de Pavese (Gallimard, 2009), il a tenté d'adopter la forme de l'autoportrait pour explorer les lieux de son enfance et de sa généalogie. Tout en poursuivant un travail critique (sur Dante, la littérature italienne ou sur Beckett), ce versant de sa recherche le conduit de plus en plus vers les bords d'une écriture fictionnelle qu'il interroge notamment dans L'Expérience singulière de la lecture (HEAD, 2007) ou dans un bref « roman », Un voyage en Italie (Arléa, 2013).

empty