Jihad et contemplation, vie etet enseignement d un soufis au temps des croisades

À propos

Au retour d'une de ses expéditions, le Prophète dit à ses Compagnons : "Nous voici revenus du jihâd mineur pour nous livrer au jihâd majeur"; à ceux qui lui demandèrent ce qu'est le jihâd majeur, il répondit : "Celui du coeur !" ou, selon une variante, "La lutte de l'homme contre ses passions".
Cette parole du Prophète, que certains cherchent à invalider, nous éloigne de la vision caricaturale d'un jihâd sanguinaire, devenu synonyme de terrorisme. Le terme jihâd continue de subir maintes altérations de la part des uns et des autres, mais il est vrai qu'il recouvre en arabe des sens superposés. Beaucoup de mots arabes ont en effet la capacité d'avoir plusieurs significations, selon que l'on se situe au niveau matériel, psychologique, dogmatique ou spirituel.
Cette polysémie est évidemment de nature à entretenir les interprétations hâtives et les confusions malveillantes. Cheikh Arslân (XIIe siècle), le saint patron de Damas, a participé à la lutte contre l'ennemi extérieur, les croisés. Mais il a surtout livré combat à son âme charnelle pour l'amener à s'éteindre en Dieu. Il a ainsi réalisé le jihâd majeur, guerre sainte dans la mesure où elle mène à la sainteté ! C'est cette expérience initiatique, atemporelle et partagée par les spirituels de toutes les religions, qu'il a voulu transmettre dans son Épître sur l'Unicité divine (al-risâla fî al-tawhîd).



Rayons : Religion & Esotérisme > Islam > Islam généralités

  • EAN

    9782841611942

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    2.1 cm

  • Largeur

    1.5 cm

  • Poids

    200 g

  • Distributeur

    Sofiadis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Eric Geoffroy

Éric Geoffroy est islamologue, spécialiste du soufisme. Il a notamment publié Le Soufisme, voie intérieure de l'islam (« Points Sagesses », Seuil, 2009) et Une voie soufie dans le monde : la Shâdhiliyya (Maisonneuve & Larose, 2005).

empty